HPI, la nouvelle série policière de TF1 avec Audrey Fleurot en avant-première sur Salto : critique

Par Laura B. · Publié le 19 avril 2021 à 15h14 · Mis à jour le 19 avril 2021 à 15h14
Audrey Fleurot est l'héroïne de la nouvelle série policière de TF1, "HPI". Dans cette fiction, qui arrive à l'antenne le 29 avril 2021, la comédienne incarne une femme de ménage au Q.I. très élevé qui va être amenée à collaborer avec la police. Une série drôle et lumineuse, grâce à Audrey Fleurot notamment, à voir en avant-première sur Salto.

Alors que la chaîne a récemment annoncé l'arrêt des séries policières "Profilage", "Alice Nevers" et "Section de Recherche", il faut bien des nouveautés pour occuper la grille de TF1 les jeudis soirs, soirées consacrées au polar.
C'est notamment le cas de "HPI", toute nouvelle série policière, que s'apprête à lancer TF1, avec Audrey Fleurot.
"HPI" dont la première saison est composée de 8 épisodes, arrive sur TF1 à partir du jeudi 29 avril 2021.
Mais, "HPI", est d'ores et déjà disponible en avant-première sur Salto.

Si on avait déjà vu Audrey Fleurot aux génériques de séries - "Engrenages" sur Canal+ ou "Un Village Français" sur France 3 - la comédienne a fait son arrivée sur TF1 que très récemment.
En effet, fin 2019, elle était l'un des personnages principaux du "Bazar de la Charité".

En 2021, elle revient sur la première chaîne dans "HPI", une fiction policière dans laquelle elle incarne Morgane Alvaro, une femme de ménage et mère de trois enfants au Q.I. de 160. Autrement dit, une personne au "haut potentiel intellectuel" (HPI) que la police va vouloir recruter comme consultante.

Auparavant, TF1 avait déjà proposé des séries policières avec des personnages au profil psychologique intéressant et hors du commun : "Prof T." qui était un criminologue bourré de TOC ou encore "Contact" où le personnage principal avait le pouvoir de percevoir la mémoire psychique des objets.

Le scénario d' "HPI" est signé des créateurs de "La Mante", mini-série policière avec Carole Bouquet diffusée sur TF1 en 2017, Nicolas Jean et Alice Chegaray-Breugnot. Côté réalisation, on retrouve notamment Vincent Jamain, metteur en scène de "Profilage" et "Balthazar".

Audrey Fleurot partage l'affiche de "HPI" avec Mehdi Nebbou ("Truands", "Secret Défense", "Les liens du sang"...), Bruno Sanches (Liliane de "Catherine et Liliane", "Je te promets", "L'école de la vie"...), Marie Denarnaud (prochainement dans "Slalom"), Rufus ("Au nom de la terre", "Mine de Rien"...) ou encore Camille Aguilar ("Papi-Sitter" et bientôt la pièce "Times Square").

Le trailer :

Notre critique :

Dans "HPI", Audrey Fleurot interprète avec brio un personnage attachant, très atypique. Morgane Alvaro, nouvelle consultante de la police, habillée comme une pin-up avec mini-jupe, (très) hauts talons et faux cils, détonne sur les scènes de crime.
Sa perspicacité et sa capacité à tout remarquer et tout garder en mémoire compensent son côté borderline, en difficulté avec l'autorité et sa tendance à toujours être hors procédure, voire dans l'illégalité.

Contrairement à une certaine tendance au sombre dans le genre policier, "HPI" est une série très lumineuse, à l'image de la chevelure de feu de Morgane Alvaro. Et, qui plus est, se passant à Lille, ce qui change de Paris ou du sud de la France souvent utilisés comme décors.

Audrey Fleurot forme un duo avec Mehdi Nebbou (surnommé super poulet par Morgane) qui fonctionne très bien à l'écran. D'abord comme chiens et chats, ils finissent par s'entendre et même se montrer solidaires.

Dans les habits hauts en couleurs de Morgane Alvaro, dont la vie de mère de famille est assez chaotique, Audrey Fleurot nous gratifie de quelques scènes délicieuses. Au début, lorsqu'encore femme de ménage elle travaille au son de "Heavy Cross" de Gossip. Et, un peu plus tard dans la série, lorsqu'elle relâche la pression sur "C'est comme ça" des Rita Mitsouko.

Bien qu'assez peu réaliste, notamment à cause de ce personnage de consultante, "HPI" n'en reste pas moins une série procédurale drôle, plaisante et addictive. Et qui nous permet aussi de revoir brièvement à l'écran Céline Vitcoq (plutôt rare à la télé depuis que son personnage de Wendy dans "Plus Belle la Vie" est mort). Mais aussi Jules Houplain, qui est également au générique de "L'école de la Vie" tout comme Bruno Sanches.

Informations pratiques

Tarifs
Gratuit

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche