Covid : les acteurs canadiens utilisent une "prothèse à bisous" pour tourner sans risque

Par Cécile D. · Publié le 15 avril 2021 à 18h46 · Mis à jour le 15 avril 2021 à 18h46
Pour s'évader en temps de pandémie et renouer un peu avec le monde d'avant, la meilleure solution reste de regarder un film. Problème : comment les acteurs peuvent-ils simuler un langoureux baiser, sans que la réalité ne les rattrape et qu'ils tombent malades ? Le Canada a trouvé une solution : la prothèse à bisous !

Le soleil se couche, un jeune couple se balade main dans la main au bord de la plage. Regards en coin, rires légers, la tension est palpable. Ils s'arrêtent soudain. Un dauphin bondit entre les vagues à l'horizon. Céline Dion chante en fond. Leurs yeux ne se lâchent plus, leurs lèvres se rapprochent et... coupé ! Mais enfin, un tel contact, en pleine pandémie, c'est impossible ! 

Et pourtant, comment tourner un film romantique sans baiser final, sans contacts physiques ? Certes, les acteurs et les équipes de tournage sont régulièrement soumis à des tests de dépistage et suivent un protocole sanitaire stricts, mais le risque de contamination n'est jamais nul, surtout lorsqu'un tel rapprochement est prévu et répété maintes fois, jusqu'à l'obtention de la scène parfaite. 

Pour faciliter le travail des acteurs et réduire les risques, un acteur et réalisateur québécois a imaginé une solution, que France Info nous fait découvrir.

Julien Hurteau était en train de préparer sa prochaine série télévisée, intitulée Populaires, lorsque ce problème est devenu apparent : comment réaliser toutes les scènes romantiques sans compromettre la sécurité de ses acteurs ? Il a alors eu l'idée d'une prothèse en silicone couleur chair, hermétique et semblable à un masque de plongée équipé d’un long tube qui permet d’expulser l’air à un mètre de distance. Ce procédé permet d'expulser les éventuelles gouttelettes contaminées loin des acteurs. 

Il a demandé l'aide de la maquilleuse spécialiste en effets spéciaux et prothèses maxillo-faciales Virginie Bachand pour donner vie à cette idée. « Au début, on pensait mouler le visage des comédiens, mais finalement, j’ai réussi à trouver des mesures standards pour créer un masque qui convient à tout le monde », explique Virginie Bachand au Journal de Montréal. 

Cet équipement baptisé KissGuard a été agréé par la Santé Publique du Québec et est déjà utilisé sur certains tournages québécois et américains. 

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche