Bilan 08-09 : octobre - la rébellion

Par P. · Publié le 29 juin 2009 à 00h00
En attendant la reprise de l'entraînement et les nombreux matches amicaux que va disputer le club parisien, PlanètePSG vous propose de faire une rétrospective sur la saison du PSG. Voici le troisième volet avec un mois d'octobre où les Paris vont faire preuve d'orgueil…
» Les préparatifs



On n'en est qu'au mois d'octobre mais certains journaux parlent déjà d'un changement d'entraîneur. C'est là toutes les particularités du club parisien, qui ne vit jamais dans la tranquillité. Les deux premiers matches étaient donc importants à bien négocier…



» Les performances



Ayant gagné le match aller en Turquie, le match retour du tour préliminaire de la Coupe UEFA face à Kayserispor s'annonçait aisé. Au terme d'une bien triste prestation, Parisiens et Turques se quittaient sur un score de 0-0 et les premiers obtenaient donc la qualification pour la phase de groupes. Les supporters semblent bien mécontents malgré tout et on le serait à moins vu la manière…



A Nancy, c'était donc le match de tous les dangers pour… Paul Le Guen. Certaines rumeurs font état d'un possible limogeage de l'entraîneur parisien en cas de mauvais résultat en Lorraine. Conséquence ou pas mais le Breton change ses plans et remet au goût du jour un 4-3-3 assez offensif, profitant des blessures de Makelele, Giuly et Rothen. Cela signe donc les retours dans le onze de Pancrate, Luyindula, Sankharé et Bourillon. Paris ouvre le score très vite par le revanchard Hoarau de la tête. Mais Nancy égalise par la suite sur coup de pied arrêté. Malgré un nombre important d'occasions en seconde période, Paris ne parvenait pas à l'emporter alors que ce match était à sa portée. Un score de 1-1 qui maintient Le Guen en poste.



Après une mini-trêve internationale, Paris accueille Lorient le 18 octobre. Armand suspendu, Le Guen décide de faire reculer Rothen en latéral gauche et de persévérer dans son 4-3-3. La première période est rythmée et Lorient mène à deux reprises, 1-0 et 2-1 grâce au joueur formé au club, Fabrice Abriel. A la pause, la peur se lit sur le visage des joueurs comme l'admettra Armand plus tard, descendu dans les vestiaires rejoindre ses coéquipiers. Mais Paris affichera un visage conquérant en deuxième période. Hoarau égalise tout d'abord dès le début de la seconde période d'un coup de tête rageur ! Abriel manque par la suite la balle du KO en envoyant sa frappe sur la barre. Même constat pour Hoarau, tout près du doublé. Finalement, ce sera un joueur sorti du banc qui va donner la victoire in-extremis au PSG. Loris Arnaud profitait d'un très bon centre de Rothen pour donner la victoire… de la tête. Trois coups de tête pour trois buts et trois points qui libèrent quelque peu les Parisiens avant une semaine importante.



Après la parenthèse Schalke 04 en UEFA, où Le Guen a fait tourner l'effectif qui s'est logiquement incliné 3-1, ce qui lui vaudra pas mal de critiques, c'était l'heure du choc face à Marseille. Là encore, le sort de PLG est menacé. Ses choix à Gelsenkirchen ont agacé et un revers face au meilleur ennemi serait vu d'un mauvais œil. Le nom de Deschamps circule déjà et la pression semble être maximale autour des Parisiens. Le match ne peine pas à démarrer et Hoarau ouvre le score du corner. Mais une erreur de communication entre Bourillon et Landreau offrira à Niang l'égalisation, avant que Valbuena ne profite d'une frappe de Koné mal repoussée par Landreau pour donner l'avantage aux Phocéens. Virtuellement leader à la mi-temps, l'OM croit avoir fait le plus dur, ce qui transpire dans les déclarations de Cheyrou avant la pause. Mais en deuxième période, les hommes de Le Guen vont se montrer plutôt opportunistes en profitant de la sortie momentanée de Hilton pour égaliser par Luyindula. Cheyrou frappera ensuite la barre, ce qui s'avérera être le tournant de la rencontre. Car cinq minutes plus tard, Rothen, sur coup franc direct, donnera l'avantage au club, Mandanda étant gêné par la présence de Hoarau. Ce dernier donnera au score une plus belle ampleur et permettra à Paris d'enchainer un deuxième succès, au goût savoureux ! Tout le contraire de Marseille empêtré dans l'affaire Ben Arfa, l'ancien Lyonnais ayant refusé de s'échauffer déçu de ne pas avoir été titularisé lors de ce match…



Encore peut-être euphoriques, les Parisiens vont payer leurs efforts trois jours plus tard face à Toulouse. A court physiquement, ils ne livreront pas une prestation inoubliable dans le même schéma et avec les mêmes joueurs. Paris s'inclinera sur un csc de Camara qui déviait au fond de ses filets un corner adverse. Un revers qui replongera dans le doute les joueurs de la capitale…





» L'ambiance



Voilà tout le paradoxe parisien pouvant passer d'une belle victoire au Vélodrome à une défaite bien piteuse face à Toulouse trois jours plus tard. Tout le symbole d'une équipe capable de coups d'éclat mais pas encore tout à fait guérie. Après avoir changé de système, Le Guen croyait avoir trouvé la bonne formule mais il se ravisera bien rapidement et modifiera à nouveau ses plans. Et les succès arriveront vite…




Informations pratiques

Mots-clé : club, octobre, bilan
Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche