This page is not available in your language, please, choose yours

LABO POP #11 : COCAINE PISS + NOYADES + LE VILLEJUIF UNDERGROUND + PIGS PIGS PIGS

Publié le 21 décembre 2016
LABO POP #11 : COCAINE PISS + NOYADES + LE VILLEJUIF UNDERGROUND + PIGS PIGS PIGS

Infos pratiques

Le... 4 février 2017
de... 19h à... 23h


7 Port de la Gare
75013 Paris 13

12 euros

Direction le Petit Bain pour une nouvelle édition de Labo Pop.

NOYADES
Trio lyonnais, assassiné par Keiji Haino, excavé au 3ème jour par Psychic Paramount, Lightning Bolt et At The Drive In. Assemblage brutal de trois pièces détachées appartenant à des chapelles techniquement inconciliables (harsh noise, musique psychédélique, crust punk, pop seventies, noise rock, drone ambiant…), la musique de Noyades est une hérésie, une course à la mort punk et psychédélique, à peine interrompue par des traversées d’un désert peuplé de drones méditatifs, de retours d’acide et d’incantations de rites chamaniques au coeur d’une grotte maudite.
S’écoute une burgbier dans une main, et un tacos steak dans l’autre.

VILLEJUIF UNDERGROUND
Le Villejuif Underground (Villejuif, chansons lo-fi, SDZ Records) Nathan Roche, poète et musicien australien de Townsville a posé ses valises à Villejuif et s’est entouré de jeunes franciliens pour lancer un nouveau groupe, le bien nommé Villejuif Underground. Les noms de Jonathan Richman, Kevin Ayers, Dan Sartain ou encore Lou Reed reviennent souvent quand il s’agit de parler des compositions du groupe et de son chanteur. Au programme de leur album sorti sur SDZ Records, une ribambelle de chansons au charme tout velvetien servies avec fausse nonchalance et réelle élégance. Le groupe s’est déjà illustré aux côtés de formations comme Ausmuteants, Bazooka, Buck Biloxi and the Fucks, Sea Pinks, Juan Wauters et The Rebel...
LE VILLEJUIF UNDERGROUND est un projet collaboratif De l’Australien Nathan Roche et trois Français de Villejuif (formellement de Geto Tropic) troublés dans la banlieue sud de Paris.

PIGS PIGS PIGS PIGS PIGS PIGS PIGS
En jouant leur premier concert en première partie de Goat à ce qui n’était que le deuxième spectacle de ce dernier, le groupe a joué sans relâche, apparentés à The Cosmic Dead ou Luminous Bodies. Puis le temps est venu pour le groupe de passer outre le simple bouche à oreille et d’être jugé sur leur colère démencielle et leur riff psyché.
La preuve inéluctable est "Feed The Rats", leur écrasant premier album créé pour Rocket Recordings à base de répétitions et de force brute éclatante, sa charge alchimique a le pouvoir de transformer le vide des regards en révélations. Ce monument de catharsis chaotique de trois titres et quarante minutes capte l’esprit de chaque membre du groupe tout en ajoutant un niveau de finesse magnifique au live.

VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement