This page is not available in your language, please, choose yours

KIM- IL SUFFIT DE PASSER LE PONT 2015 @Petit Bain

Publié le 1 juillet 2015
KIM- IL SUFFIT DE PASSER LE PONT 2015

Infos pratiques

Le... 5 août 2015
de... 18h30 à... 20h


7 Port de la Gare
75013 Paris 13

Gratuit

Retrouvez Kim au Petit Bain le 5 août 2015.

Petit Bain, pour la 3ème année consécutive, renouvelle son partenariat avec Musiques En Terrasse - Bercy Village.

MERCREDI 22 JUILLET & MERCREDI 05 AOÛT
KIM
Blind-test
A partir de 18h30 / Entrée Libre


"Je m’appelle Kim Giani, je suis né en 1977 à Cannes. Il faisait beau il y’avait du disco à la radio.



Très vite ma famille est retournée à Paris pour le travail. Il faisait pas beau mais il y’avait de la musique partout car ma famille en jouait. Mon père jouait de la batterie avec plein de gens comme par exemple Higelin, ma tante chantait de la pop sous le nom de Lina et mon oncle criait du punk avec Calcinator. Ils faisaient des disques et ils avaient plein de copains. Plus tard mes parents se sont séparés mais je ne l’ai pas bien compris. On est partis avec ma mère à Bordeaux. Il pleuvait souvent mais il y’avait l’océan pas loin et ma mère travaillait à la radio. Et il y’avait de la new wave.



A cause d’un secret de famille je suis devenu à moitié débile mais j’ai appris la batterie entre temps et comme les élèves de ma classe se moquaient de ce choix j’ai décidé de faire chier le monde un peu tout le temps, depuis. La pop de cette époque là était débile comme moi avec un son de mauvaise qualité, ça m’a plu, j’en ai fait et j’ai commencé à publier des disques chez plein de labels indépendants quand j’avais 16 ans. Il y’avait aussi des grosses maisons de disques qui me demandaient des chansons mais ils étaient lents et voulaient toujours modifier plein de trucs alors je leur ai demandé d’aller se faire enculer. En plus j’étais au lycée et le Bac m’angoissait vachement. Comme je n’aime pas la frime qu’il y’a dans le rock, j’ai pensé que mon prénom suffirait comme nom de scène, et que ça serait mieux que Splang ou Shpoueff, ou Flagnst.



J’ai voulu chanter en anglais à un moment où c’était interdit par les radios, alors j’en ai chié pour vendre des disques mais je me suis débrouillé et ça allait. Ensuite j’ai fait un emploi que je détestais quand j’avais 20 ans donc j’ai dit au travail qu’ils aillent se faire enculer. J’ai décidé de faire uniquement de la musique dans la vie et j’y suis arrivé finalement assez vite car je jouais de 20 instruments, que j’étais un peu dj house, et un peu busker (le nom sans équivalent français qui veut dire musicien de rue sans être punk à chien pour autant).



Au milieu des années 2000 mes chansons ont plu d’avantage qu’avant, j’étais content, alors je suis parti vivre à Paris. J’ai croisé plein de gens, j’ai fait de la musique avec Dionysos, Olivia Ruiz, Uminski, Mathias Malzieu, Daniel Johnston, et plein d’autres, puis j’ai écrit des chansons avec Cléa Vincent, chantée par Luce, puis une avec Yuksek pour lui même, puis une pour Robot Caca, et puis d’autres chansons chantées par moi même, bien sûr. J’ai aussi animé une télé sur le web, dessiné des bédés, fabriqué des clips, bref je me suis bien amusé. J’ai publié une trilogie un peu disco, changé plein de fois de label, publié 21 albums, et consacré l’année 2013 à publier 52 singles avec 52 clips tout en écrivant aussi la musique du spectacle “Play”.



Voilà ce qu’il s’est passé pour moi entre 77 et maintenant. Je vous laisse, j’y retourne. Bisous."


VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement