This page is not available in your language, please, choose yours

Nous ça va, mais avec ce qu’on voit à la télé... aux Déchargeurs : notre critique

Publié le 9 mai 2015 Par Maïlys C.
Nous ça va, mais avec ce qu’on voit à la télé... aux Déchargeurs : notre critique

Infos pratiques

Du 5 mai 2015
Au 24 juin 2015


3 Rue des Déchargeurs
75001 Paris 1

Métro : Châtelet / sortie rue de Rivoli

10 euros (à partir de)

Rafaële Arditti s'insurge : déguisée en clown, elle se moque de la télé et des bêtises que l'on peut y raconter, bêtises à ne pas prendre à la légère puisque tout le monde les écoute. "Nous ça va, mais avec ce qu’on voit à la télé..." est un spectacle politique et sincère à voir au théâtre Les Déchargeurs du 5 mai au 24 juin 2015.

Difficile de ne pas penser à Coluche lorsque l'on voit Rafaële Arditti, sa chevelure folle et son nez rouge. Elle-même le cite en inspiration de son spectacle : "Moi je dis que quand un journaliste il n'en sait pas plus que ça, il devrait être autorisé à fermer sa gueule !"

Le principe de la pièce est simple, reprendre mot pour mot des émissions de télévision sélectionnées selon leur degré d'idiotie, afin de mettre en évidence l'absurdité totale de propos tenus devant des millions de téléspectateurs. Cela rappelle Ionesco et sa Cantatrice chauve, pièce écrite avec les phrases toutes faites d'un manuel de traduction : en sortant les mots de leur contexte initial, Rafaële Arditti révèle la profondeur de leur ineptie. On ne peut que rire devant sa reprise du journal de David Pujadas du 6 mai 2012 qui, attendant la révélation du nom du nouveau président, ne sait que faire des quinze dernières minutes et les meuble de phrases vaines. 

Rafaëlle Arditti

Nous ça va, mais avec ce qu’on voit à la télé... est une performance
édifiante : on rit un peu jaune quand l'autrice met en scène la complaisance des médias face à Marine Le Pen, son aspect clownesque colorant de noir les rires gras des invités ignorants. Elle interagit parfois avec le public, interrogeant son rôle de spectateur : peux-tu réagir, toi qui es assis dans le noir ? Et pourquoi pas ?! Secouons-nous, semble-t-elle suggérer.

C'est avec une citation de Bourdieu que Rafaële Arditti termine la pièce, achevant ainsi de nous convaincre que de rester éloigné de la télévision... Pour le meilleur, car le pire s'y trouve. 

Informations pratiques :

Nous ça va, mais avec ce qu’on voit à la télé...
Au théâtre Les Déchargeurs
Du 5 mai au 24 juin 2015
21h30 les mardis et mercredis
Tarifs : de 10 à 26 euros
Réservez en ligne

VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Nos articles SCÈNES

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement