Duels à Davidéjonatown d'Artus au théâtre Les Enfants du Paradis, notre critique

Par Laura B. · Publié le 27 juin 2022 à 11h54
"Duels à Davidéjonatown", la pièce d'Artus, revient à Paris, pour ses toutes dernières représentations, au théâtre Les Enfants du Paradis, jusqu'au 3 juillet 2022. Une drôle de comédie foutraque, absurde, servie par des comédiens qui n'hésitent pas à se lancer dans l'improvisation.

"Un western complètement à l'Ouest" ! L'accroche de la première comédie écrite par Artus, Duels à Davidéjonatown donne le ton... et la direction d'une pièce qui part dans tous les sens ! Après avoir investi feu le théâtre des Feux de la Rampe, le Palais des Glaces, le Théâtre de la Tour Eiffel ou encore l'Apollo Théâtre, Duels à Davidéjonatown joue une toute dernière fois les prolongations et revient dans la capitale. Les 14 dernières représentations irrévocables de Duels à Davidéjonatown se tiennent au théâtre Les Enfants du Paradis (ex-Feux de la Rampe), les vendredis, samedis et dimanches, jusqu'au 3 juillet 2022.

Entouré de Sébastien Chartier, Greg Romano, Céline Groussard (qu'on a adoré dans Grease au théâtre Mogador en 2017/ 2018) et Julien Schmidt, Artus foule ici les terres de la comédie burlesque, dégainant son humour absurde et décalé.

Le décor ? Une bourgade perdue du Far West au nom douteux de Davidéjonatown (nostalgiques des années 80, ça ne vous rappelle pas quelque chose ?). L'histoire ? Des habitants qui s'affrontent jusqu'à ce que mort s'ensuive dans des duels pour devenir le nouveau shérif de la ville. Et, dans tout ça, le pauvre Billy (interprété par Sébastien Chartier), modeste éleveur de cochons, qui a été inscrit à son insu pour participer à l'un de ces mortels duels alors qu’il n'a jamais manié une arme à feu de sa vie.

Qu'adviendra-t-il de Billy ? Sortira-t-il vivant ou mort de cette sanglante bataille ? Et épousera-t-il celle qu’il aime secrètement depuis toujours, Jane ? 

Pour sa première pièce, Artus s'est entouré de Romain Chevalier pour l'écriture et signe lui-même la mise en scène avec l'aide de Mélanie Ségura. L'humoriste, passé par Danse avec les stars et qu'on a récemment pu voir au cinéma dans Pourris gâtés, Si on chantait, Le Sens de la FamilleJ'adore ce que vous faites, Les Goûts et les couleurs avant prochainement Menteur, nous fait voyager au pays des cowboys loufoques armé de son arme fatale... un humour déjanté.

Notre critique :

Avec Duels à Davidéjonatown, Artus livre une comédie populaire, à l'image du comédien et humoriste qu'il est : populaire.
La pièce, à l'humour gras - il y a beaucoup de vannes sous la ceinture et Artus avait prévenu avant le lever de rideau : il allait y avoir beaucoup de vulgarité - est rythmée, dynamique, foutraque, absurde.

Pour ces dernières représentations Artus a réactualisé le texte de sa pièce jouée pendant 4 ans et demi. Si l'histoire de Duels à Davidéjonatown est censée se passer en 1895 aux États-Unis, l'humoriste n'a pas hésité à glisser des références (très) actuelles à sa comédie, faisant fi de la temporalité. Que ce soit la pandémie, Francis Lalanne, les frères Bogdanov, Florent Pagny, la Fashion Week homme qui vient de se terminer, les Gilets jaunes, Eric Zemmour ou encore la série Arnold & Willy, ils trouvent tous leur place quelque-part. Les références ne s'arrêtent pas là, elles sont très nombreuses. Et on se prend au jeu de les deviner, notamment quand les paroles de génériques deviennent du texte.

Aussi, Duels à Davidéjonatown contient une bonne part d'impro, force d'Artus, sans que l'on sache précisément ce qui état prévu ou pas. Très bon en impro, Artus est aidé (ou pas) par sa troupe, Céline Groussard, Julien Schmidt, Greg Romano et Sébastien Chartier. Une troupe qui, comme Artus, hormis Sébastien Chartier qui reste Billy, le personnage principal, tout du long, incarne tour à tour différents personnages, dont des cochons. Artus est un tenancier de saloon en Crocs et chaussettes hautes avant d'être Maître Gims, un Mexicain en poncho ou encore Rocky the rock, cowboy à l'accent québécois. Quant à Julien Schmidt, il est Alain l'Indien, mais aussi le narrateur de l'histoire qui a une façon de raconter proche de celle d'Olivier de Benoist, ainsi que Bruno, un personnage hilarant inspiré de Bernardo dans Zorro. Une pièce sur une époque passée, à personnages multiples, comme l'avait été Ben Hur la parodie d'Hugues Duquesne, pièce dans laquelle jouait Benjamin Tranié, fan du Fiat Multipla, comme le Maître Gims de Davidéjonatown.

Outre les impros, qui parfois peuvent se révéler un peu trop longues, faisant (per)durer les scènes, Artus a aussi choisi de proposer de nombreux apartés et mises en abîme. Peu importe son personnage, il commente souvent la situation. Artus signe aussi la mise en scène de la pièce qui contribue à la drôlerie de la chose avec quelques bonnes trouvailles, notamment lorsque Greg Romano tente de secouer Sébastien Chartier et surtout lorsque Billy chemine en montagne. Artus tourne la manivelle pour actionner le décor qui défile. Le résultat est agréable à voir.

Le public est hilare, acquis à la cause d'Artus, et en redemande.

Informations pratiques

Dates et Horaires
Du 3 juin 2022 au 3 juillet 2022

×

    Lieu

    34 Rue Richer
    75009 Paris 9

    Tarifs
    35€

    Site officiel
    www.lesenfantsduparadis.fr

    Réservations
    lesenfantsduparadis.qidoon.com

    Plus d'informations
    Vendredi et samedi à 21h.
    Dimanche à 18h.

    Commentaires
    Affinez votre recherche
    Affinez votre recherche
    Affinez votre recherche
    Affinez votre recherche