Misery de Stephen King au Théâtre Hébertot, notre critique

Depuis le 19 septembre 2018, le théâtre Hébertot accueille "Misery", une pièce adaptée du roman de Stephen King, avec Myriam Boyer et Francis Lombrail. A voir d'urgence avant le 6 janvier 2019. C'est moderne, haletant, émouvant.

"Misery", pièce de William Goldman d'après le roman de Stephen KIng du même titre paru en 1987, est actuellement à l'affiche du théâtre Hébertot jusqu'au 6 janvier 2019.

"Misery" met en scène Paul, un écrivain à succès, le double fictif de Stephen KIng, A un tournant de sa vie, il souhaite changer de registre littéraire et mettre fin à l'interminable saga qui a fait son succès. Il vient de mettre le point final à son nouveau roman où son héroïne, Misery, meurt. Mais il est victime d'un accident de voiture et se retrouve à la merci d'Annie, une fidèle lectrice psychopathe qui l'adule. Elle le sauve, le recueille, le soigne, mais finit par le séquestrer cruellement, l'obligeant à réécrire son roman comme elle l'entend.

Cette adaptation française de "Misery" est signée de la chanteuse, romancière et comédienne Victor Lazlo et la mise en scène Daniel Benoin.

Sur scène, on retrouve la grande actrice Myriam Boyer, maman du comédien Clovis Cornillac à la ville, qui donne la réplique à Francis Lombrail. Le comédien jouera deux fois chaque jour sur la scène du théâtre Hébertot. En effet, à 21h, il endossera le rôle de Paul. Mais, auparavant, à 19h, il sera également dans "12 hommes en colère", pièce dont il signe l'adaptation française.

Notre critique : Autant vous le dire de suite, on a adoré cette adaptation de "Misery" résolument moderne.
Lorsque le rideau s'ouvre, Francis Lombrail, qui interprète Paul, est déjà alité et pousse des râles de douleur. A côté de lui, Annie, jouée par Myriam Boyer, se présente d'emblée comme sa fan numéro un et infirmière. Chemise à carreaux, sacoche banane autour de la taille, se goinfrant de Nutella, Myriam Boyer est effrayante dans la peau d'Annie. Cruelle elle fait boire de l'eau savonneuse à l'écrivain qu'elle soigne mais surtout maltraite psychologiquement.
Certaines scènes sont très fortes, comme lorsque Annie dit à Paul que son nouveau roman est trop grossier, on assiste alors un florilège hilarant de "merde", "putain", "fait chier", "bordel", ou celle qui sent littéralement le souffre (mais on ne vous en dira pas plus pour garder la surprise).
La modernité tient essentiellement dans la mise en scène : les courtes scènes, qui donnent un grand dynamisme à la pièce, sont entrecoupées par des vidéos projetées sur le décor, des images de l'accident ou d'autres, terrifiantes, de Myriam Boyer donnent un vrai aspect thriller à cette adaptation. Lorsque Francis Lombrail sort de scène, ce sont des images de vidéosurveillance prennent le relais.
Le suspense tient jusqu'à la fin car jusqu'au tout dernier moment, cette fin explosive, on se demande si Paul va obéir à Annie, car il semble résigné à aller dans le sens de cette folle.
Les deux comédiens livrent une prestation remarquable grâce à une très belle complicité sur scène.

Pour voir "Misery" - ce chef d'œuvre de Stephen KIng déjà adapté à Broadway en 2015 avec Bruce Willis - sur scène, direction le théâtre Hébertot. C'est l'une des grandes réussites de cette rentrée théâtrale.

Laura B.
Dernière modification le 15 octobre 2018

Informations pratiques

Horaires
Du 19 septembre 2018 au 6 janvier 2019

×

    Lieu

    78 bis boulevard des Batignolles
    75017 Paris 17

    Tarifs
    Catégorie 4 : 15 €
    Catégorie 3 : 23 €
    Catégorie 2 : 38 €
    Catégorie 1 : 48 €
    Carré Or : 55 €

    Site officiel
    theatrehebertot.com

    Réservations
    sortiraparis.spectacles.carrefour.fr

    Plus d'information
    Du mardi au samedi à 21h.
    Séances en matinée le samedi à 16h30 et le dimanche à 15h.

    Commentaires
    Affinez votre recherche
    Affinez votre recherche
    Affinez votre recherche
    Affinez votre recherche