Sherlock Holmes et le Mystère de la Vallée de Boscombe : notre critique

A l'affiche du Grand Point Virgule jusqu'au 30 décembre 2018, "Sherlock Holmes et le Mystère de la Vallée de Boscombe" est une comédie moderne et familiale, où le public participe. Une adaptation pleine d'humour, de références populaires et d'absurdité. On adore.

Le spectacle commence par un crime. Musique futuriste et un peu anachronique... On se croirait dans "Columbo" où l'on assiste d'abord au meurtre avant de suivre sa résolution...Mais s'agit-il bien du meurtre de Charles Mac Carthy dans la vallée de Boscombe ? La suite de la pièce nous le dira...

On se trouve ensuite chez Sherlock Holmes, détective amateur d'opium à imperméable et chapeau, au 221 B Baker Street. Dans son bureau, il doit enquêter, toujours en compagnie de son fidèle allié pas très finaud, le Dr Watson, sur le meurtre de Charles Mac Carthy. Son fils James est accusé, mais une voisine n'y croit pas et fait appel au duo d'enquêteurs de choc pour l'innocenter. 

Ce qui est vraiment plaisant et louable dans cette adaptation théâtrale d'une nouvelle de Conan Doyle, c'est d'abord sa modernité. Bien que Sherlock Holmes soit un personnage de littérature de la fin du XIXème/début du XXème siècles, les dialogues signés Christophe Delort sont ici truffés de références modernes so 2018, ce qui plaira notamment aux enfants. Car oui, cette pièce convient aux enfants qui suivent, se marrent et ne s'ennuient pas.
Il y est question d'un "espoir croate assassiné par des Français" mais aussi d'Alexandre Benalla. de "Qui veut gagner des millions ?" ... Des références anachroniques, certes,  mais qui parleront à tous les spectateurs. 

Ce Sherlock 2018 est un peu cynique. Il se lance aussi dans une reconstitution des faits façon marionnettes avec des fruits. Un passage qui rappellera aux fidèles de l'émission "On n'demande qu'à en rire" le sketch avec des salades d'Arnaud Tsamère.
L'employée de maison crie "En vous le souhaitant", une phrase qui rappellera aux spectateurs de TF1 la série "Doc Martin" avec Thierry Lhermitte.

Les scènes sont assez courtes, ce qui donne un bon rythme à la pièce. Elles commencent toutes par l'annonce d'un numéro et sont surtout entrecoupées par une musique très policière façon générique de "Navarro" ou de "Commissaire Moulin".

C'est aussi pour toutes ces références populaires qu'on a aimé ce Sherlock Holmes.

Belle performance des comédiens qui à eux trois interprètent douze personnages. Une situation qui complique un peu parfois les scènes, les rendant encore plus drôles. Les comédiens se laissent aller à des moments d'improvisations délicieux.

Ce qu'on aime aussi c'est l'interaction avec le public qui est amené à avoir plusieurs rôles, tout comme les comédiens : d'abord jurés pour le procès de l'accusé mais aussi celui des neurones du Dr Watson pour tout un tas de déductions plus ou moins loufoques afin de résoudre le crime. Selon le public, ça avancera vite... ou pas.

A la fin, le public a même droit à un petit tour de magie... Follement plaisant ce Sherlock 2018 !

Laura B.
Dernière modification le 7 août 2018

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche