Lettres à Nour avec Eric Cantona au théâtre Antoine, notre critique

Eric Cantona et Nacima Bekhtaoui se donnent la réplique jusqu'au 29 décembre 2018 au théâtre Antoine dans "Lettres à Nour", poignante adaptation sur scène du roman de Rachid Benzine, "Nour, pourquoi n'ai-je rien vu venir ?".

Après "Inconnu à cette adresse" il y a quelques années qui avait remporté un franc succès, le théâtre Antoine programme à nouveau une pièce basée sur un échange épistolaire, "Lettres à Nour".
Adaptée du roman "Nour, pourquoi n'ai-je rien vu venir ?"  publié en 2016 par l'islamologue Rachid Benzine, la pièce de théâtre "Lettres à Nour" met en scène une correspondance entre un père, un universitaire et islamologue, interprété par Eric Cantona, et sa fille Nour, partie rejoindre les rangs de Daech, jouée par la comédienne Nacima Bekhtaoui.
Ils partagent la scène du théâtre Antoine du mardi au samedi à 19h, jusqu'au 29 décembre 2018.

Comme pour "Plaidoiries", jouée précédemment au théâtre Antoine, lorsqu'on pénètre dans la salle le rideau est levé. Le décor, simplement une grande tableau aux extrémités de laquelle les comédiens prendront place, est visible par le public.
L'ancien footballeur devenu comédien, Eric Cantona, s'installe sur scène alors que la lumière est encore allumée et que le public n'a pas terminé de prendre place.
Puis, la lumière s'éteint. Cantona est toujours silencieux. Il est rejoint sur scène par Nacima Bekhtaoui qui lit alors la première lettre de ce long échange de courriers qui va durer pendant 2 ans (mais seulement 1h10 sur scène).

Dans cette première lettre, Nour annonce à son père être partie en Irak, à Falouja, rejoindre son mari, rencontré via le web, un combattant de l'État islamique. C'est la douche froide pour son intellectuel de père, interprété par un Cantona avec des lunettes, barbe poivre et sel. Un personnage profond mais dont l'accent marseillais de son interprète surprend.

La correspondance, clandestine, entre le père et sa fille, va être de plus en plus virulente, elle, tellement convaincue par ses choix et aveuglée par la propagande de Daech, lui, dépité par l'installation de sa fille en Irak, qu'il tente de convaincre par tous les moyens de revenir.
Au fil de ces échanges épistolaires, très bien écrits, les mots sont de plus en plus virulents. Nour évoque beaucoup la "chasse", "la vacuité [des] recherches intellectuelles [de son père]", une "cité idéale où chacun pourra déployer ses ailes librement dans la soumission à Allah". La jeune femme ira jusqu'à mépriser un père de plus en plus malade et surveillé par la police pour sa correspondance.

"Lettres à Nour" est intense par l'interprétation des comédiens. La mise en scène épurée, signée Charles Berling et Rachid Benzine, permet au texte d'être mis en avant car c'est bien lui qui importe.
Dans la salle, c'est le silence absolu, l'atmosphère est pesante tant le sujet est grave. Une gravité atténuée - ou accentuée - par la présence de musique orientale qui entrecoupe certaines lettres.

"Lettres à Nour", une pièce de théâtre qui amène la réflexion, surtout grâce à sa fin, encore plus émouvante que le reste de la correspondance.

Si vous voulez vivre un beau moment de théâtre, venez voir "Lettres à Nour", au théâtre Antoine avec Eric Cantona.

Laura B.
Dernière modification le 5 décembre 2018

Informations pratiques

Horaires
Du 22 novembre 2018 au 29 décembre 2018

×

    Lieu

    14 boulevard de Strasbourg
    75010 Paris 10

    Tarifs
    Catégorie 3 : 22 €
    Catégorie 2 : 32.70 €
    Catégorie 1 : 43.70 €
    Carré Or : 54.70 €

    Site officiel
    www.theatre-antoine.com

    Réservations
    sortiraparis.spectacles.carrefour.fr

    Commentaires
    Affinez votre recherche
    Affinez votre recherche
    Affinez votre recherche
    Affinez votre recherche