This page is not available in your language, please, choose yours

La belle époque de jules chéret : de l'affiche au décor

Publié le 17 juin 2010

Infos pratiques

Du... 24 juin 2010
Au... 7 novembre 2010


107 rue de Rivoli
75001 Paris 1

Considéré par ses contemporains comme « l’inventeur de l’affiche moderne », Jules Chéret (1836-1932) s’impose comme une figure pionnière et incontournable de l’histoire de l’affiche. Les Arts Décoratifs possèdent un fonds incomparable d’œuvres de Jules Chéret : affiches, dessins, éléments de décors...

L’exposition retracera la carrière de cet artiste, de ses débuts à l’ouverture du musée Chéret à Nice, en 1928, et présente un panorama complet de sa production : de l’affiche aux arts décoratifs.
La carrière de Jules Chéret s’inscrit dans le contexte économique et technologique de la seconde révolution industrielle.

La fin du XIXe siècle ouvre l’ère de l’image avec la diffusion massive d’illustrations, grâce au développement des techniques d’imprimerie, en particulier de la lithographie. L’illustration est omniprésente dans la vie quotidienne : journaux, livres, affiches, menus, éventails, étiquettes, etc.

Chéret est très vite perçu par la critique comme un novateur, pas uniquement parce qu’il invente une nouvelle forme d’art, mais surtout parce qu’il apporte un souffle d’air frais à la peinture engluée dans un conformisme stérile « des choses tristes » selon la formule de Huysmans au Salon de 1879. Il représente un art vivant, offert à tous. Le dessin vif, les compositions dynamiques, rythmées, les cadrages, les couleurs claires renouvellent les regards, questionnent, inspirent (Georges Seurat ou Toulouse Lautrec par exemple).

De l’affiche au décor intérieur, il n’y a qu’un pas que Chéret franchit en 1896, aux côtés de Rodin, Charpentier et Bracquemond, pour la villa La Sapinière du Baron Vitta à Evian. Suivront les salons de l’Hôtel de Ville de Paris, ou encore la préfecture de Nice. Des panneaux décoratifs, Chéret passe à la tapisserie grâce à l’obstination de Maurice Fenaille, qui lui commande des projets pour sa villa de Neuilly, et « contre la résistance des artistes officiels à laisser s’ouvrir les Gobelins devant un artisan parvenu à la maîtrise de l’art de peindre, tel Chéret ».

L’exposition témoignera de cette deuxième carrière en présentant 120 affiches et maquettes, mais aussi de nombreux journaux, programmes, cartes, chromos, couvertures de livres, catalogues, programmes, partitions musicales, étiquettes...


VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement