This page is not available in your language, please, choose yours

Baselitz sculpteur

Publié le 16 janvier 2012

Infos pratiques

Du... 30 septembre 2011
Au... 29 janvier 2012

Baselitz sculpteur au Musée d'Art Moderne du 30 septembre 2011 au 29 janvier 2012.

L’exposition organisée par le Musée d’Art Moderne de Paris autour de l’œuvre sculpté de Georg Baselitz a pour objet de faire découvrir un artiste allemand encore peu connu en France et dont le travail couvre une période de trente ans, tant en peinture qu’ en gravure et qu’en sculpture.
Cette rétrospective s’attache surtout à présenter ses sculptures, au travers une présentation d’œuvres significatives exécutées entre 1979 et 2010, qui ont participé au débat et à l’ interrogation sur le langage de la sculpture aujourd’hui.

En regard de la quarantaine de sculptures en bois peint présentées ici, des peintures réalisées dernièrement et des œuvres sur papier complètent l’exposition, afin de montrer l’originalité de la démarche de l’artiste, et la conception qui est la sienne de la perception et des sens.

Ainsi les esquisses et les dessins démontrent leur lien avec les sculptures et l’étude qu’ils présentent en trois dimensions de ce que sera la sculpture. Baselitz travaille les formes du bois à l’aide de la tronçonneuse, de la hache ou de la serpe.
Il s’agit pour lui d’un contact direct avec la résistance de la matière, qu’il exprime également dans ses peintures au travers le renversement des figures qu’il peint.
La sculpture pour Georg Baselitz qu’il envisage de plus en plus monumentale lui permet de traiter de questions fondamentales, à savoir l’interrogation sur les réminiscences de l’art primitif, et de l’art tribal dans toute expression artistique.

Le parcours de l’exposition se déroule autour de certaines œuvres clés dont un ensemble de têtes et de figures debout.

La première sculpture de Baselitz, « Modell für eine Skulptur » date de 1979. Elle avait contribué à une vive controverse à la Biennale de Venise en 1980 en se refusant à tout critère d’élégance par le traitement brut et agressif du bois taillé à la hache et rehausses de peintures criardes.

Les sculptures debout taillées dans le brut évoquent quant à elles aussi bien l’arbre que les attributs des totems dans l’art tribal, et font écho aux sculptures d’Afrique ou d’Océanie.

Puis sont rassemblées des œuvres de la série des « Dresdner Frauen » commencée en 1989.en lien avec la fin de la seconde guerre mondiale.
Ces têtes monumentales, évoquent les victimes de la destruction de la ville de Dresde en février 1945.

VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement