This page is not available in your language, please, choose yours

La table dressée

Publié le 19 janvier 2012
La table dressée

Infos pratiques

Du... 16 novembre 2011
Au... 19 février 2012


63 Rue de Monceau
75008 Paris 8

La table dressée au Musée Nissim de Camondo du 16 novembre 2011 au 19 février 2012.

Il s’agit d’une évocation du déjeuner donné par Moïse de Camondo le 9 juin 1933 à l’attention de vingt-trois convives du Club des Cent, ce cercle de fins gourmets dont il est membre depuis 1925.

Trois ou quatre fois par an, généralement au printemps, le comte reçoit jusqu’à trente convives dans sa somptueuse salle à manger. Fin mai-début juin, a lieu le déjeuner « Louvre » qui réunit des conservateurs et des membres du Conseil des musées nationaux. Au déjeuner « Marsan » sont conviés tous les administrateurs du conseil de l’Union Centrale des Arts décoratifs* dont Moïse de Camondo est devenu vice-président en 1930. Egalement au printemps, le comte reçoit à sa table plusieurs gourmets du Club des Cent. Le chef soigne alors particulièrement la composition du repas.

Pour orner sa table, Moïse de Camondo n’hésite pas à utiliser des pièces de sa collection comme ce pot à oille et son plateau en argent réalisés vers 1785 par l’orfèvre du roi Robert-Joseph Auguste. Sommé d’une magnifique hure de sanglier, véritable sculpture d’argent, il porte les armoiries d’une famille portugaise, marque du prestige dont jouissait l’orfèvre dans toute l’Europe. Les salières et les moutardiers, exactement contemporains, sont l’œuvre de l’orfèvre Joseph-Théodore Van Cauwenbergh. Leurs rinceaux d’acanthe ajourés, caractéristiques du style arabesque en faveur à l’époque, enserrent les récipients de verre bleu.

A la richesse de l’orfèvrerie répond celle de la porcelaine. Toutefois, Moïse de Camondo n’utilise pas ses services de porcelaine de Sèvres Buffon, trop précieux et fragiles, et, à ce titre, présentés en permanence dans le Cabinet des porcelaines voisin. Pour son usage personnel, le comte se réserve deux services, l’un en porcelaine de Tournai et l’autre en porcelaine de Chantilly. Les assiettes à motif d’œillet bleu vers 1760 en proviennent. Elles révèlent un des aspects les plus élégants de la manufacture fondée par le prince de Condé en 1730.

Ces éléments sont les seuls dont nous disposions pour reconstituer une table dressée. Homme réservé, Moïse de Camondo n’a pas souhaité intégrer à son legs des témoignages de la vie quotidienne de l’hôtel. Le linge de maison, les services de table, la batterie de cuisine et les vêtements des garde-robes ont en effet été transmis à sa fille Béatrice.

C’est pourquoi la reconstitution de cette table n’aurait pu être réalisée sans le généreux soutien des maisons suivantes : Puiforcat a prêté les couverts en argent massif Vauban au dessin caractéristique de l’époque Régence, et les cristalleries de Saint-Louis, le service en cristal taillé Trianon créé en 1834 et toujours produit depuis. La nappe et les serviettes sont un don de la société D. Porthault.

VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement