This page is not available in your language, please, choose yours

Joy : critique et bande-annonce

Publié le 29 décembre 2015 Par Maïlys C.
Joy : critique et bande-annonce

Infos pratiques

Le... 30 décembre 2015

C'est LA sortie ciné de cette fin d'année : Joy, en salles le 30 décembre 2015, est le nouveau film de David O. Russell (réalisateur de Happiness Therapy et d'Amercican Bluff). On retrouve Jennifer Lawrence, Robert De Niro et Bradley Cooper dans le récit du destin exceptionnel de Joy, jeune femme déterminée à se sortir de la misère. Inspiré d'une histoire vraie, Joy est un conte de Noël goût american dream qui divertit mais souffre d'un excès de sucre.

Qu'elle est belle, Jennifer Lawrence : toujours aussi bien filmée par David O. Russell, qui en a fait sa muse, et toujours aussi bien accompagnée de Robert De Niro et Bradley Cooper, elle brille tout particulièrement dans ce biopic de jeune femme ambitieuse.

Joy, c'est elle, et il faut bien s'appeler ainsi (Joie) pour se convaincre chaque jour de ne pas se laisser décourager par sa famille envahissante, par son ex et son père qui squattent au sous-sol, par sa mère qui ne décolle pas du lit et par ses enfants, braillards comme tous les enfants. À peine adulte, Joy est déjà mère et divorcée, sans pour autant avoir quitté le domicile parental. Mais un jour, un déclic : l'invention d'un balai révolutionnaire qui permet de laver les sols sans se salir les mains. Cette invention l'entraîne sur le chemin du commerce, pavé d'entourloupes et d'arnaques, puis du télé-achat, où elle tente tant bien que mal de vendre son produit miracle. 

Joy comporte de très savoureux passages, à commencer par l'introduction de son milieu familial ultra-bizarre : avec un grand sens de l'absurde et des détails maniaco-dépressifs, David O. Russell nous rappelle pourquoi on l'aime, pourquoi on avait adoré Happiness Therapy et son atmosphère de foldingue attachant. Aussi, difficile de ne pas être captivé par son portrait du monde de la télévision, qui se moque doucement des présentatrices maquillées à outrance et des vendeurs imbuvables.

C'est drôle et c'est très sympathique, mais voilà : Joy s'empâte petit à petit dans ses bons sentiments, l'effet conte de Noël avec musiques mélo et mise en scène romantico-romantique empêchant le scénario de respirer. Dommage, le film passe à ça de devenir le nouveau Erin Brockovich des années 2010.

Bande-annonce : 


Informations pratiques :

Joy
En salles le 30 décembre 2015 

VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

Nos articles LOISIRS

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement