This page is not available in your language, please, choose yours

Merci, le concept store solidaire

Publié le 12 mars 2009 Par Elodie N.

Infos pratiques


111 boulevard Beaumarchais
75003 Paris 3

Un nouveau type de concept store vient d'ouvrir ses portes à Paris. Chez Merci, la mode se met au service de la solidarité.

Les fashionistas que nous sommes sont souvent confrontées à un sacré dilemne. En ces temps où les mots crises, récession, chômage et pauvreté envahissent notre quotidien, comment continuer à faire du shopping sans culpabiliser ?
C'est ce constat qui a conduit Marie-France Cohen, la créatrice de la marque de vêtements pour enfants Bonpoint, à créer le premier concept store solidaire, Merci. Avec son mari Bernard Cohen, ils ont bien senti la tendance des consommateurs à rechercher une façon différente de consommer, à l'instar du commerce équitable qui s'est depuis quelques années inscrit dans les mœurs des consommateurs.
L'objectif de leur enseigne : aider des associations qui travaillent au développement et à l'éducation des enfants d'Inde et de Madagascar, en leur reversant la totalité des bénéfices engendrés par la boutique. Enfin, le plus possible, car on ne peut pas, en France, donner tout ce que l'on gagne. Mais une fois les salaires et les impôts payés, les bénéfices iront directement à l'humanitaire.
Que trouve-t-on dans les 1400m² de Merci ? Un grand bazar où cohabitent déco, mode, mercerie, café bouquiniste, coin fleuriste, et espace d'exposition. Mais le tout est soigneusement sélectionné, et le bazar se transforme en une véritable caverne d'Ali Baba. Le couple a su rassembler autour de son projet des grands noms du luxe (Yves Saint Laurent, Azzaro, Paul Smith,
Martin Margiela Marni, Stella McCartney), qui ont offerts des vêtements et donc abandonné au passage leur marge commerciale. Des célébrités ont également donné des pièces de leur garde-robe, et leur nom figure sur l'étiquette du vêtement. On trouve aussi les marques et créateurs du moment (Isabel Marant, Barbara Bui, Prairies de
Paris, Swildens...), du vintage, et une collection de basiques entre 40 et 170 euros.

Côté déco, l'éclectisme est de rigueur, et le cher côtoie le très bon marché, le rare se mélange au quotidien, le classique au contemporain, les valeurs sûres avec les jeunes talents. Les vases Baccarat et la fine porcelaine Wedgwood sont disposés sur les mêmes étagères que les assiettes en fibre de bambou et les objets de récup' chinés dans des souks et des stocks d'usine. " Comme dans une vraie maison ", nous dit-on.
Gageons que les bobos du quartier vont d'ici peu investir ce lieu et en faire leur quartier général. On ne peut que saluer l'initiative, qui renouvelle le genre du shopping solidaire en offrant à sa clientèle une sélection à la pointe, griffées, écolo, et tendance. Merci Merci !






VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Nos articles LOISIRS

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement