This page is not available in your language, please, choose yours

Dhorasoo à l'abordage du hac

Publié le 4 mai 2009
Dhorasoo à l'abordage du HAC

Dans le cadre de l'After Foot, programme diffusé sur RMC, l'ancien Parisien Vikash Dhorasoo a révélé aux auditeurs son intention de reprendre les rênes du Havre, bon dernier de ce championnat.

Footballeur, réalisateur, joueur de poker, homme politique... c'est à croire que Vikash Dhorasoo ne regimberait devant aucun défi. Le dernier en date : briguer la présidence du HAC, le club de ses débuts, promis avant même le terme de la saison à la rétrogradation en seconde division.



Qu'on se le dise, la chose n'a rien d'une simple rodomontade de footballeur à la retraite : Dhorasoo a le Havre Athletic Club chevillé au corps. Et pour cause, d'abord pensionnaire du centre de formation havrais, ce fut ensuite avec l'équipe fanion des Ciel et Marine que le jeune Vikash découvrit les joies de l'élite en 1993. "Tout le monde va essayer de défendre son bifteck. Moi je ne suis pas la pour ça. C'est ma ville, mon club", résume le natif d'Harfleur (Seine-Maritime).



Depuis l'été 1998 et son départ pour l'Olympique Lyonnais, l'ex-meneur de jeu constate avec amertume l'enlisement de la formation résidente du stade Jules-Deschaseaux. N'y tenant plus, une fois ses crampons rangés, il tente à présent de rompre l'immobilisme qui semble scléroser l'institution normande, doyenne du football français (fondée en 1872). "Depuis que je suis parti, en 98, il ne se passe rien. Je pense qu'il faut faire quelque chose. J'ai quelque chose qui tient la route !", claironne-t-il dans l'espoir de suppléer Jean-Pierre Louvel, actuellement aux manettes du HAC.



Comment s'y prendre ? Le montage de ce candidat déclaré repose sur sa propre participation financière, couplée à celle d'un investisseur indien dont l'identité nous reste inconnue : "C'est un club qui ne vaut pas grand-chose ! Jean-Pierre Louvel n'a aucun pouvoir, il est actionnaire, comme 200 autres personnes, c'est tout. J'ai envie de mettre 1 million, je m'engage personnellement avec une autre personne, je n'y vais pas pour du bidon". L'air de s'essayer à la création de slogan, il poursuit : "Mon projet, c'est un projet face à pas de projet !!".



En cas d'intronisation à la présidence, soucieux de préserver le club d'un remue-ménage inconsidéré, l'ancien international tricolore s'évertuerait à instaurer un climat de dialogue. "Un entraîneur (Ndlr : Frédéric Hantz) est en place, nous devrons discuter pour voir si on continue avec lui. Il y a déjà des gens en place, ils peuvent continuer ou non l'aventure, ça sera leur choix. Je sais très bien qu'il y a des gens pro Louvel, pro Dhorasoo, je sais que ça va être dur", concède-t-il d'avance.



Décidé à parer au plus pressé, il a même esquissé un ultimatum le week-end dernier. "Si ça ne marche pas, je serais déçu. Pas pour moi, car ma vie continue, mais pour les Havrais. C’est dans les quelques semaines qui viennent sinon j’abandonne." Message reçu cinq sur cinq : dans un communiqué publié ce lundi 4 mai, le Conseil de Surveillance du HAC a déclaré que ses membres et l'ancien joueur se réuniront dans une semaine, le lundi 11 mai à 18h; il incombera alors à ce président potentiel d'exposer les tenants de son plan.



Une formalité avant le retour du fils prodigue ?




VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Nos articles LOISIRS

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement