This page is not available in your language, please, choose yours

Ligue 1 : notes > paris peut s'en vouloir...

Publié le 21 septembre 2009
Ligue 1 : Notes > Paris peut s'en vouloir...

Dimanche soir, le PSG a sans doute livré sa meilleure prestation depuis le début de la saison, voire même depuis des années ! Organisés dans un 4-3-3, modulable en 4-4-2 en phase offensive, les Parisiens ont bien quadrillé le terrain pour contrer des Lyonnais assez décevants dans l'ensemble. Les joueurs ont fait preuve d'un bel état d'esprit, d'une combativité hors norme mais ont manqué d'agressivité devant le but lyonnais, à l'image d'Hoarau. Un manque de réalisme payé cash car le club est retombé dans ses travers en encaissant encore un but dans le dernier quart d'heure. Mais retenons avant tout la belle performance de toute l'équipe…

Coupet (7) : Face à son ancien club, le portier parisien a été rassurant dans ses prises de balle. De plus, par son bon jeu au pied, il a permis d'assurer une première relance efficace, que ce soit sur Hoarau ou sur les joueurs de côté. A son crédit, pas mal de bons arrêts face à Lisandro (45e, 81e), Pjanic (59e) et Gomis (90e+2), même s'il est un peu lent à réagir face à la reprise victorieuse de ce dernier, le ballon faufilant entre lui et le poteau, une réalisation qui rappelle un but encaissé face à Paris il y a plus de deux ans, devant Edouard Cissé.



Ceará (7.5) : Prestation éblouissante du latéral brésilien. Il en est train de devenir incontournable à ce poste en Ligue 1 par sa sûreté technique. Mais également par le fait que son adversaire direct ne passe pas facilement dans son couloir. Des montées tranchantes, une ouverture millimétrée pour Giuly, qui a lancé l'action du but parisien, et un coup franc somptueux, dévié par Lloris sur sa barre (22e).



Traoré (6) : Pas bon à Monaco, Sammy a livré une meilleure prestation dimanche soir. Toujours aussi dans le jeu aérien, il n'a pas toujours assuré ses relances, plutôt hasardeuses. Sur le but encaissé, il glisse et ne peut aller à la lutte avec Lisandro sur sa déviation.



Sakho (7) : Face à Lyon, c'était un test pour le jeune défenseur. Et il s'en est magnifiquement tiré avec une grosse maturité, tant dans ses interventions que dans ses choix de relance. De belles anticipations également, bref un match solide et qui confirme qu'il est un espoir de premier plan en défense centrale. Juste un peu court devant Lisandro, sur une frappe dévissée de l'Argentin (58e).



Armand (6.5) : Le latéral a tenté de participer offensivement, avec notamment des centres bien distillés en première période. Mais ses transmissions ont connu une réussite inégale. Une bonne présence défensive devant Delgado qu'on a pas vu. En seconde période, il n'a pas eu d'adversaire direct, Lyon passant en 4-4-2 en losange, se contentant d'annihiler l'influence de l'inoffensif Makoun.



Jallet (7) : On le connaissait plutôt efficace en tant que joker, on était donc interrogatif quant à son apport dès le coup d'envoi. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'on a pas été déçus. Positionné milieu axial droit, il a souvent plongé sur le côté pour apporter sa force de pénétration et sa qualité de centres. Auteur d'un bel enchaînement (7e), il a exercé un pressing constant tout au long de la rencontre.



Makelele (6.5) : C'est peut-être la position qu'il préfère dans ce milieu à trois, accompagné de deux joueurs devant lui. Toujours bien placé, il a apporté sa puissance dans l'entrejeu et aurait même pu marquer sur une montée improbable (64e). Son bilan est tout juste terni par quelques mauvaises transmissions.



Clément (7.5) : Quand il joue vers l'avant, qu'il joue à une touche et combine avec ses partenaires offensifs, il devient indispensable à l'équipe. Car il a ajouté à son travail de harcèlement, une présence intéressante côté gauche, faisant le relais entre Armand et Luyindula. Décomplexé, il a une nouvelle fois tenté sa chance, Lloris repoussant de belle manière sa frappe dès la 1ère minute de jeu. Et il est l'auteur d'une belle inspiration pour Hoarau, sur le but parisien.



Giuly (8) : Le joueur le plus menaçant pour la défense lyonnaise. Dans une position plus avancée, il était attendu sur le côté droit mais a souvent plongé dans l'axe pour semer le trouble. Ses appels dans le dos de la défense ont représenté un danger constant. Buteur opportuniste (29e), il aurait pu inscrire le doublé sans l'envolée de Lloris (53e). Remplacé par Chantôme (67e), qui n'a pas fait l'entrée en jeu de sa vie. Combatif, il s'est montré parfois brouillon et trop tendre. C'est lui qui perd le ballon qui amène le but lyonnais, en cherchant une faute à 25 mètres de ses propres buts…



Luyindula (7.5) : Quand il se dépense sans compter, qu'il réalise un travail de repli remarquable sur son côté, il est agréable à voir jouer. Son intelligence de jeu lui a permis d'être très consistant à gauche, rendant fou Clerc. Très à l'aise pour combiner avec ses coéquipiers, il a distribué quelques offrandes, sans qu'elles aient pu être décisives. Remplacé par Sankharé (87e), auteur d'une bonne entrée. Il a provoqué un bon coup franc, qu'il a bien tiré. Une belle implication qui lui vaudra surement d'être titulaire mercredi en Coupe de la Ligue.



Hoarau (6) : Difficile de noter le Réunionnais tant il aurait pu faire basculer le match à lui tout seul ! Présent dans le jeu où ses déviations ont permis de lancer quelques belles séquences en étant un point d'appui efficace, il s'est procuré pas mal d'occasions dans ce match, contrairement à Monaco. Mais il est tombé soit sur Cissokho, qui a sauvé sur sa ligne son bon coup de tête (22e), soit sur un Lloris en grande forme (52e, 68e). Il a également fait preuve de maladresse alors qu'il était en bonne position (75e, 80e, 89e). Il est peut-être tombé dans ses travers de début de saison dernière mais il a du caractère et aura surement à cœur de se racheter à Lorient.



Kombouaré (6.5) : Difficile de noter l'entraîneur parisien. Car l'équipe semble transfiguré depuis son arrivée. Hargneuse à son image, elle a livré également quelques séquences de jeu de toute beauté, preuve de la patte qu'a apporté le Kanak au niveau de l'effectif. Il a fait disposer l'équipe en 4-3-3, qui s'est mué en 4-4-2 par moments, et cela a pu permettre à Giuly, notamment, d'évoluer plus haut. Mais le coaching de Kombouaré fut plutôt discutable, en sortant Giuly alors que celui-ci était encore apte physiquement (il l'a dit à RMC plus tard). Il a choisi de faire entrer deux milieux formés au club, Chantôme, puis Sankharé, à des postes d'ailiers, préférés aux deux attaquants, Arnaud et Maurice.



Arbitrage plus que contestable de Monsieur Fautrel (2). Il a pris certaines bonnes décisions comme celles, avec son accesseur, de valider le but parisien. Mais a, en contrepartie, pas vraiment brillé en ne sifflant pas quelques contacts litigieux. S'il n'y avait pas faute sur Chantôme avant l'action amenant le but lyonnais, ce dernier est entaché d'une position de hors-jeu que son assistant n'a pas vu. Enfin, Clerc déjà averti aurait pu récolter un deuxième jaune pour une nouvelle faute en seconde période.




VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Nos articles LOISIRS

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement