This page is not available in your language, please, choose yours

Auteuil appelle au boycott

Publié le 9 avril 2010
Auteuil appelle au boycott

Révoltés par certaines déclarations du président du PSG, Robin Leproux, à l'encontre des supporters du virage Auteuil, ceux-ci, en guise de réponse, appellent à un boycott du Parc des Princes par le biais d'un communiqué sur le site officiel des Supras Auteuil.

Voici le communiqué des supporters du virage Auteuil :

Paris, le 8 avril 2010,
Communiqué des Authentiks – Grinta - Supras Auteuil

« Le modèle du supportérisme parisien est mort, observe un dirigeant. Il faut se diriger vers plus de mixité sociale. C’est trop “blanc” à Boulogne, trop “mixte” à Auteuil. »
(JDD du 3 avril 2010).

« Il faut que le virage Auteuil accepte des gens tout à fait blancs dans leur tribune. Faut oser le dire ; il faut une mixité dans les deux tribunes. »
(Robin Leproux cité par So Foot, avril 2010).

Depuis le 28 février dernier, la direction du PSG – relayée par certains organes de presse – tente de présenter le virage Auteuil comme un hall d’immeuble investi de racailles encapuchonnées qui exprimeraient un sentiment anti-blanc. Cette stratégie de communication a pour objectif d’opposer à la tribune Boulogne, dont il est de notoriété publique qu’il faut être blanc pour pouvoir y entrer, une autre tribune qui serait tout aussi raciste et communautariste : le virage Auteuil, dont l’accès serait interdit aux personnes de couleur blanche. Le virage Auteuil serait « trop mixte », comme le rapporte le JDD. Trop mixte comme l’équipe de France ? Trop mixte comme les équipes de jeunes du PSG ? Trop mixte comme quoi, au juste ?
Ces propos sont honteux et mensongers. Leur récurrence dans divers journaux et à des moments différents démontre qu’il ne s’agit ni d’une manipulation journalistique, ni d’une erreur de communication. Les explications de Robin Leproux à ce sujet sont tout à fait confuses. Réfutant les propos qu’il aurait tenus dans So Foot, il a tout de même déclaré la chose suivante :

« Je n’ai qu’un but : la mixité complète dans nos tribunes. Il ne faut pas tomber dans la caricature. »
(Robin Leproux cité par l’AFP, 7 avril 2010)

Nous aimerions savoir ce que Robin Leproux englobe dans cette notion de mixité. S’il s’agit d’un terme dont il use pour éviter de parler de la présence de « supporters de couleur » au stade, nous tenons à le rassurer : sa « mixité » est déjà présente dans toutes les tribunes du Parc des Princes. Toutes sauf une : la tribune Boulogne.
Il est intolérable de constater qu’en 2010, la ségrégation raciale est instituée dans la tribune Boulogne, où l’accès à cette partie du stade est prohibé aux personnes de couleur. Nous incitons d’ailleurs Robin Leproux à mettre en oeuvre au plus vite les principes de mixité qu’il prétend prôner à travers une première bonne résolution tout à fait à sa portée :

Faire travailler des employés de couleur, notamment des stewards, les soirs de match dans la tribune Boulogne.

Jusqu’à présent, le Club s’est rendu complice du racisme latent qui gouverne cette tribune en faisant le choix de n’y employer que des personnels de couleur blanche pour éviter de heurter les sensibilités politiques de certains abonnés de cette tribune. Pourtant, dans toutes les autres tribunes, la « mixité » si ardemment défendue par le Club est de mise chez les stewards.

Supporters du Paris Saint-Germain, citoyens français, ne soyez pas dupes de la stratégie mise en oeuvre actuellement par la direction du Club. Renvoyer les deux tribunes dos à dos sur le thème du racisme, de la tolérance et de la « mixité » est un stratagème scandaleux que nous dénonçons vivement et qui vient s’ajouter à la campagne de diabolisation des associations de supporters entreprise depuis un mois.

Alors qu’elle a suspendu la convention avec ses associations officielles et privé ces dernières de l’accès à leurs locaux, la direction du PSG, qui prétend ne jamais avoir été en contact avec les indépendants de la tribune Boulogne, a pourtant laissé ces derniers confectionner des banderoles et une fresque dans l’enceinte du Parc des Princes depuis une semaine. Les locaux du Parc des Princes ne sont pas fermés pour tout le monde, et encore moins pour les « non officiels » ! Deux poids, deux mesures ?

Dans ces circonstances, nous maintenons notre appel au boycott pour le match PSG-Bordeaux du samedi 10 avril 2010. Nous appelons tous les voyous, casseurs, racailles, intégristes, barbares, anti-blancs, sauvageons des tribunes « mixtes » du Parc des Princes à ne pas se rendre au stade pour exprimer leur refus de cautionner les propos méprisables qui sont exprimés par la direction du Club.

Les associations du virage Auteuil et de la tribune G rappellent qu’elles ont toujours été en première ligne dans la défense de l’identité du Club et dans les négociations visant à ce que les tribunes populaires restent accessibles financièrement. Bien avant les évènements du 28 Février, nous avions obtenus de la part de Mr Bazin la promesse d’une rencontre pour évoquer l’avenir du club, malheureusement pour des raisons indépendantes de notre volonté, cette réunion n’avait pu voir le jour avant le Classico.

Au lendemain du 28 Février, sur certains conseils extérieurs, Mr Bazin n’a plus donné suite à nos demandes sous le prétexte que la situation actuelle n’était plus propice à parler de l’avenir du PSG!!
Nous avons toujours agi sous la forme de « syndicats de supporters » et il est évident qu’il est dans l’intérêt objectif de Colony Capital de se débarrasser d’agitateurs qui mettent des bâtons dans les roues au projet immobilier qui a motivé ce fonds d’investissement à acheter le PSG. Nous payons sans doute aujourd’hui le prix de notre politique de défense des intérêts de l’ensemble des supporters parisiens.

Au vu des propos qu’il tient sur le sujet, il semble que Robin Leproux a une connaissance très limitée de la situation des tribunes parisiennes. Jamais nous n’oserions lui expliquer comment se gère un pôle radio français comme RTL, nous attendons donc de lui qu’il n’ait pas la prétention de maîtriser sociologiquement un contexte dans lequel nous sommes plongés depuis 1991.

Nous avons de fortes raisons de soupçonner qu’il agit sous l’influence de Jean-Philippe d’Halivillée (alias JPDH), directeur de la sécurité qui a fait énormément de mal au Club ces dernières années par sa volonté de ne jamais attaquer de face le problème du racisme, préférant contenter et combiner avec les indépendants afin d’assurer sa propre intégrité physique. Il est encore temps pour le président du PSG de se désolidariser de ce personnage qui est au centre des « intrigues » du milieu supporter depuis trop longtemps et qui, malheureusement, est le seul interlocuteur du président pour les questions ayant trait aux supporters. Nous voulons croire que le président du Club est simplement manipulé par une communication malveillante, et non qu’il s’en rend complice.

Si les choses n’évoluent pas radicalement sur ces problématiques dans un avenir proche, nous prendrons toutes les mesures que nous jugerons être utiles pour faire bouger les choses de l’extérieur, puisque l’intérieur du Club semble totalement gangréné et verrouillé par certains éléments malfaisants, mais tout-puissants.

SUPRAS AUTEUIL – AUTHENTIKS – GRINTA
Et tous les supporters du Paris-SG unis contre le racisme et l’antisémitisme


VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Nos articles LOISIRS

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement