This page is not available in your language, please, choose yours

Rennes : paris accroche le nul (après-match)

Publié le 25 avril 2010
Rennes : Paris accroche le nul (Après-match)

Paris est allé chercher le nul face à Rennes (1-1). Concédant l'ouverture du score, il a fallu un beau coup de tête de Hoarau pour permettre aux Parisiens de prendre un point. Le PSG reste 10eme

Tactique des deux équipes :

PSG : Kombouaré a décidé d'aligner son équipe-type. En l'absence de Makelele, suspendu, il a choisi de titulariser Ngoyi aux côtés de Clément.
Rennes : 4-3-3 désormais classique pour Antonetti et ses hommes. En l'absence de Gyan, Briand continue d'en profiter pour être aligné dans l'axe, Bangoura prenant le couloir.

Bons débuts de Paris mais un but qui met KO

Les Parisiens débutaient très bien la partie en se portant devant le but de Douchez sans que celui-ci ne soit inquiété sur les essais d'Erding (2e), de Sessegnon (4e) ou de Giuly (6e). Bien en place, Paris manquait cependant de folie dans son jeu pour déstabiliser davantage le bloc rennais. La bande d'Antonetti mettait une demi-heure pour se réveiller. Et la première opportunité sera la bonne.

Sur une longue ouverture anodine, le ballon arrivait sur Briand qui crochetait tranquillement Camara avant d'offrir un caviar à Jérôme Leroy, placé entre Edel et Sakho, dont le marquage était lâche, qui ne manquait pas l'occasion d'ouvrir le score (0-1, 32e).

Paris tentait de réagir mais la reprise difficile de Hoarau sur un corner trouvait Lemoine sur sa ligne (38e), avant que les Bretons n'aient deux terribles occasions d'assommer Paris mais Edel se montrait impérial devant les tentatives de Marveaux (41e) et Hansson (44e).

Paris revient à l'arrachée

Passée près de la correctionnelle, la bande à Kombouaré tentait de reprendre ses esprits au retour des vestiaires. Hoarau voyait encore un Rennais sauver son coup de tête sur sa ligne, en l'occurrence Mvila (56e), alors que Marveaux sollicitait un Edel décidément vigilant (61e). Le portier parisien était ensuite soulagé de voir le lob aussi subtil que magnifique de Leroy échouer à quelques centimètres de son poteau (62e). En manque de jambes, Rennes finissait sur les rotules et Paris allait en profiter.

Hoarau égalisait en effet après une bonne combinaison avec Jallet (1-1, 63e). Et cela initiait une meilleure période pour les Parisiens. Luyindula remplaçait Giuly et Ceará un Sakho diminué, Armand passant dans l'axe. Kezman faisait même son entrée à son tour et le PSG passait à quatre véritables attaquants, avec Sessegnon derrière eux. La poussée était forte mais la malchance allait frapper le camp parisien. Un poteau trouvé par Luyindula (83e), un autre par Hansson, tout près du csc (90e), puis une barre touchée par Hoarau sur un coup de tête rageur (91e) concluaient cette rencontre au goût d'inachevé. Il va falloir être meilleur samedi prochain…

Paris reste invaincu

Le pacte est toujours en cours. Kombouaré a indiqué que ses joueurs avaient conclu un pacte sous forme de refus de la défaite après un revers à Nice (1-0). Depuis, Paris reste sur sept matches sans défaite toutes compétitions confondues. Face à Rennes, pourtant, les Parisiens, après une bonne entame, sont retombés dans leurs travers. Dépassée au milieu, avec un duo Clément-Ngoyi incapable de presser correctement et surtout de jouer vers l'avant, l'équipe était coupée en deux et la notion de bloc-équipe n'existait plus. Il a fallu attendre l'égalisation et la baisse de régime rennaise pour revoir l'équipe parisienne pousser pour l'emporter. Mais avant, ce n'était qu'approximations en tout genre que le public du Parc, pas venu en nombre, a pu apercevoir.

Au niveau des défaillances, on peut citer l'habituelle erreur de déconcentration de Sakho, pas au marquage de Leroy sur le but, la performance défensive très limitée de Jallet qui a laissé des boulevards sur son côté, et comme on l'a souligné l'apport peu créatif du duo Clément-Ngoyi. En parlant de création, Sessegnon fut très décevant, malgré de bons coups de pied arrêtés tirés. Erding était à côté de la plaque, de même que Giuly. Seul Hoarau a su tirer son épingle du jeu. Tout ce beau monde devra être beaucoup plus à la hauteur dans une semaine en finale de Coupe. Auparavant, un déplacement peu emballant attend Paris à Grenoble. Sans doute avec une équipe bis…


VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Nos articles LOISIRS

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement