This page is not available in your language, please, choose yours

Le comte de bouderbala au top du rire

Publié le 10 février 2010 Par Laurent L.
Le Comte de Bouderbala

Infos pratiques


38 boulevard Bonne-Nouvelle
75010 Paris 10

Tout a été dit sur le Comte de Bouderbala...ou presque ! Alors est-ce la peine d'en rajouter ? D'autant que Sami Ameziane est un garçon humble qui, souvent gêné, tente de balayer les superlatifs employés à son sujet. Son succès, il avoue le devoir à quelques belles rencontres (Grand Corps malade entre autres) mais aussi au travail acharné sans lequel il n'aurait pu atteindre ce degré de maturité scénique.


C'EST BON D'EN RIRE...
Après une journée de merde, n’ayons pas peur des mots, je me rends au petit théâtre du Gymnase sur les Grands Boulevards. Un seul but : rire pour oublier cette satanée journée. Y parviendrai-je ? Le Comte de Bouderbala saura-t-il titiller mes zygomatiques en grève du sourire ? Lorsque que notre taux de "loosine" (hormone de la loose selon Bouderbala) atteint son paroxysme, la solution consiste généralement à rentrer chez soi, option "mode autruche". Demain sera certainement un autre jour... Mais ce soir, imposs

i



ble de regagner mon home sweet home malgré mon overdose de "loosine". J'ai rendez-vous avec le Comte et je ne veux louper cela pour (

presque) rien au monde…
Alexandra Saramona, jeune comédienne m’accompagne. Elle ne sait rien du Compte désargenté, de son histoire, son amitié avec Grand Corps Malade, son passé aux USA ou encore des critiques dithyrambiques de l'humoriste dans les médias … Alex arrive donc, vierge de tout préjugé. Aux premières vannes (volontairement) pourries de l’humoriste, les rires en boîte prennent le dessus. Puis le Comte nous annonce que dans un bon stand up, le public doit rire en moyenne toutes les 40 secondes. Record pulvérisé ! Le public adhère plus que jamais et le rire communicatif d’Alexandra émerge dans la salle hilare. Malgré mon état "full stress so not very aware", je parviens à me détendre. Je me déride, souris et enfin parviens à rire sans retenue. Belle performance Mr le Comte ! Vous savez faire du bien où ça fait aïe (en tout bien tout honneur j’entends). En défenseur de la langue française, le Comte de Bouderbala épingle entre autre quelques rappeurs célèbres ou relève avec brio quelques différences socio-culturelles amusantes entre Français et Américains. 

Avant de rire des autres, le Comte dresse son portrait son portrait avec une auto-dérision certaine : "je suis un arabe avec une tête de portugais et un corps de turc"… A partir de là, qu'on se le dise, tout ce qui suit n'est que de l'humour. Le Comte de Bouderbala est un grand artiste à suivre de très près !



> Photo : Kevin Couliau


LE PRINCE DE BOUDERBALA AU PETIT THÉÂTRE DU GYMNASE.
INTERVIEW "AFTER LE SHOW"

















VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Nos articles SCÈNES

Commentaires

1 commentaire

  • Avatar de blablabla

    blablabla le 06/02/10 à 08h14

    merci à SAP pour cet article, j'avoue que je ne connaissais pas Monsieur le Comte ; Comte ou Prince vous nous mettez "l'eau à la bouche" pour cette pièce ;on vient nous voir à la rentrée ?

L'AGENDA

Annoncez votre événement