This page is not available in your language, please, choose yours

Report : solidays 2011, jour 1

Publié le 25 juin 2011 Par Caroline J.
Solidays 2011 : Report du vendredi 24 Juin

Infos pratiques


Route des Tribunes - Bois de Boulogne
75 Paris

Vendredi 24 juin, l’édition 2011 de Solidays a ouvert ses portes aux festivaliers de tous horizons; amateurs de bonnes musiques et solidaires à la lutte contre le sida. Pendant trois jours, l’hippodrome de Longchamp accueillera sur sa pelouse de nombreux concerts live mais aussi différentes animations et stands. Pour vous, Sortiraparis s’est rendu sur place. Retour sur la première journée de Solidays 2011.

Ouvert dès 16h, les festivaliers arrivent au compte-goutte sur le site de Solidays. Il y a ceux qui souhaitent simplement se prélasser sur la pelouse de l’Hippodrome ou participer aux animations comme l’incontournable saut à l’élastique. Puis il y a ceux qui ne veulent pas perdre une miette des concerts.

Des live qui, justement, débutent dès 17h, sur la scène César Circus, avec les artistes du Métro. Des artistes, dont Irma faisait partie, et qui avaient déjà joué, il y a quelques temps, dans la capitale, et plus précisément en plein cœur de la station Miromesnil. Cette fois-ci, ils jouent à l'un des plus grands festivals franciliens de l'été.

Mais le premier groupe à investir une grande scène, et plus exactement celle de Paris, se nomme Balkan Beat Box. Formé par Ori Kaplan et Tamir Muskat, ces deux artistes, accompagnés de leurs musiciens ont véritablement réussi à faire danser les festivaliers à coups de percussions, de saxo ou encore d’électro.

Direction ensuite la scène Bagatelle avec les anglais de The Klaxons. Les petits british nous ont livré un style mélangeant de la pop psyché avec de l’indie rock et une touche de dance punk. Bref, de quoi rassembler tous les festivaliers, le temps de leur set d’environ une heure.

Alors que les français de The Bewitched Hands commencent à envoyer, dès 20h, sous le Dôme, leur son plutôt rock, Katerine, l’artiste délirant mais tellement dansant, fait également son entrée, mais du côté de la scène Paris. Accompagné de ses « Katerinette » et vêtue d’une robe de chambre, couleur vache, l’artiste débute son show par « Bla, bla, bla ». Sans complexe, il poursuit en chantant « je suis la reine d’Angleterre et je vous chie à la raie », sous l’œil amusé des spectateurs, avant d’interpréter l’un de ses plus récents tubes, baptisé « Des bisous ».

L’heure tourne et alors que certains festivaliers commencent à se diriger vers les vendeurs de crêpes, de Kebab, de tagines ou encore du traditionnel hot dog, d’autres sillonnent les stands de vêtements, les différents centres d’informations de Solidarité Sida, l’espace rencontre de la Fnac qui propose des dédicaces d'artistes ou encore les buvettes. Il faut dire qu’il est à peine 21h et que certains ne tiennent déjà plus debouts …

21h, justement, l’heure de choisir entre Yael Naim sous le Dôme, Cold War Kids à Bagatelle ou Cascadeur sur la scène César Circus. Ce sera Cascadeur. Véritable révélation musicale de cette année, cet artiste reste fidèle à ses traditions et débarque sur scène avec son casque fétiche et sa combinaison à son nom. C’est seul, sur scène, qu’il fait le show et arrive littéralement à porter le public grâce à sa voix, ses mélodies et sa mise en scène. Un public conquis qui en redemande !

Et le public est là aussi pour accueillir les trépidants Stupeflip. Si ils se font un peu attendre, c’est sous un tonnerre d'applaudissements que les membres du groupe débarquent sous le Domino, peu après 22h.

Déguisés, masqués, les musiciens de Stupeflip jouent leur rôle à la perfection et savent, eux aussi, faire le show : mise en scène, effets de lumière... Les fans sont au rendez-vous et le font savoir. Principalement jeune, le public commence dès le second titre à gesticuler et à bousculer dans tous les sens. Mais qu’importe, le public ne lâche rien et ne veut perdre aucune miette de ce concert, qui a véritablement fait monter d’un cran la température.

La suite s’avère tout aussi enjouée avec la pop de Aaron, le mythique Alpha Blondy, qui a su rassembler l’ensemble des festivaliers devant sa scène, les Lillois de Skip The Use, qui ont, eux aussi, mis le feu à la scène du Dôme, et enfin le style plus électro de Mark Ronson ou encore de Vitalic.

Une journée s’achève pour laisser place à une autre; celle du samedi 26 juin 2011. Et autant vous dire qu’il y aura encore de belles surprises à découvrir ! Alors restez connectés !

Découvrez les photos de la première journée en cliquant ici !

Crédit Photos : Caroline Jolivet


VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Nos articles SCÈNES

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement