This page is not available in your language, please, choose yours

Jazzycolors : un tour du monde en musique

Publié le 31 octobre 2011 Par Pauline L.

Jazzycolors est organisé par les centres culturels étrangers de Paris et il se soucie d'apporter au public français un panel large des meilleurs groupes de jazz du monde entier, dans une idée permanente de créativité, d'enthousiasme et d'exigence. Et avec une vraie bonne idée : proposer des tarifs assez bas, de 7 à 10€. Jazzycolors compte 17 concerts durant 3 semaines dans 6 lieux de la capitale.

Les initiatives comme Jazzycolors devraient être légion. Un festival qui met en avant des musiques du monde, avec un vrai soucis de découverte et de qualité, c'est assez rare pour être applaudi.

Le festival se déroule dans des centres culturels, instituts et ambassades étrangères. Il est synonyme de pluralisme et d'ouverture. Les concerts se déroulent au centre culturel de Serbie, à l'institut Hongrois, au centre Tchèque de Paris, au Goethe-Institut de Paris, au centre culturel irlandais, au centre culturel suédois, et à l'Ambassade du Portugal. 16 pays sont chargés de faire connaître leurs meilleurs artistes de jazz : la Turquie, la Finlande, l'Estonie, le Québec, le Luxembourg, la Roumanie, l'Allemagne, la Tchéquie, la Hongrie, la Slovaquie, le Portugal, la Serbie, l'Autriche, l'Irlande, la Pologne et la Suède.

Jazzycolors a été fondé en 2002, et au long de ces neuf éditions, le festival n'a jamais oublié sa devise : mêler artistes connus et artistes émergents. Il est aussi inscrit dans sa ligne de conduite que toutes les formes de jazz sont les bienvenues : standards revisités, jazz folklorique, modern jazz, jazz-rock psychédélique... Tous les genres sont passés au crible et rien n'est exclu. C'est M. Michaël Wellner-Pospisil qui a créé le festival, et Andras Ecsedi-Derdrak de l'institut hongrois qui le préside.

Anciennement parrainé par le batteur de jazz Daniel Humair, c'est le pianiste d'origine serbe Bojan Z qui a repris le flambeau en 2008. Célèbre dans le milieu du jazz, Bojan Z s'est vu décerner en 2005 le « European Jazz Prize » en tant que meilleur jazzman européen. De plus, son disque Xenophobia a obtenu les Victoires du Jazz 2007 pour le meilleur album de l'année. Le festival a donc trouvé un parrain aux solides influences dans le milieu jazz. Il est aussi un symbole fort d'intégration.

Bojan Z sera donc en charge du concert d'ouverture, le 8 novembre au centre culturel de Serbie. Il sera accompagné du DJ Zlatko B. Le 9 novembre, à l'institut hongrois, la Turquie sera à l'honneur avec le Spiral Quartet qui proposera un projet baptisé Paristanbul reflétant les différences et les similarités entre Orient et Occident, entre modernité et tradition.
Le 10 novembre, direction l'institut hongrois avec le Joonas Haavisto Trio. Le pianiste finlandais Joonas Haavisto a collaboré avec de nombreux musiciens, et a joué sur les scènes du monde entier. Le 12 novembre, au centre culturel de Serbie, l'ambiance sera festive et on ira écouter avec curiosité le Sofia Rubina & Villu Veski Jazzgroup.
Le lendemain, le Québec sera à l'honneur au centre tchèque de Paris. Le musicien Jordan Officer viendra présenter le jazz teinté de blues et de country de son premier album solo. Le 15 novembre le vibraphoniste et compositeur luxembourgeois Pascal Schumacher jouera son jazz acoustique et moderne à l'institut Hongrois. La Roumanie sera à l'honneur le lendemain, mercredi 16 novembre, avec le Emil Bizga duo, alliance d'une trompette et d'un piano, s'inspirant du jazz moderne et des sonorités folkloriques des Balkans. Le 17 novembre, la pianiste allemande Julia Hülsmann investira le Goethe-Institut pour présenter ses compositions avec son trio. Au centre Tchèque le vendredi 18 novembre, c'est Projekt Z et Rodrigo Parejo, l'alliance d'un quartet jazz Tchèque (Projekt Z) et d'un flûtiste espagnol (Rodrigo Parejo) qui éblouiront la scène. Pour le week-end, les festivités continuent au centre culturel de Serbie, avec le trio hongrois Smarton le samedi 19 novembre, un jeune groupe emmené par le guitariste compositeur Marton Suto.
La semaine suivante, toujours au centre culturel de Serbie, on trouve le AMC trio venu tout droit de Slovaquie et inspiré par la musique du folkore de la Slovaquie orientale. Le 23 novembre, on passe à du piano avec Julio Resende, musicien portugais porté sur l'improvisation, qui proposera un set unique à l'ambassade du Portugal. Le jeudi 24, direction le centre culturel de Serbie avec le Hot Club of Belgrade, groupe de jazz serbe qui se nourrit du jazz manouche et des standards de swing. Le lendemain, c'est au Goethe-Institut qu'on pourra applaudir le duo Autrichien Christian Muthspiel duo, alliance envoûtante du piano et du vibraphone. Pour le second week-end du festival, le Centre culturel irlandais accueille un nouveau pays représenté par Jazzycolors : l'Irlande, avec Ronan Guilfoyle & Lingua Franca. Un quatuor qui est connu pour avoir déconstruit la musique traditionnelle irlandaise. Le mardi 29 novembre, la Pologne sera représentée à l'institut suédois avec les Pink Freud, dignes représentants du jazz psychédélique. C'est une nouvelle vision du jazz, très moderne, que proposent les Pink Freud n'hésitant pas à reprendre des titres de Nirvana. Pour clôturer le festival, Goran Kajfes se produira à l'institut suédois. Connu pour sa musique folk-psychédélique, il n'hésite pas à mêler jazz, rock et funk.

Le festival est une façon idéale de parfaire sa culture jazz, ou tout simplement d'éveiller sa curiosité à des sonorités venues du monde entier. C'est le rendez-vous à ne pas manquer en novembre !

VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Nos articles SCÈNES

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement