This page is not available in your language, please, choose yours

CocoRosie au Yoyo : on y était, on vous raconte

Publié le 25 novembre 2014 Par Caroline J.
CocoRosie au Yoyo : on y était, on vous raconte

Infos pratiques


13 Avenue du Président Wilson
75116 Paris 16

Hier soir, lundi 24 novembre 2014, CocoRosie était au Yoyo, la salle du Palais de Tokyo, pour un concert unique, et plein à craquer. Entre hits de leur début et tubes plus récents, les deux sœurs Casady n’ont pas ménagé leurs efforts et leurs talents offrant une très belle prestation live d’environ 2h. On y était et on vous raconte.

Comme chaque concert parisien de CocoRosie, celui d’hier soir, programmé au Yoyo, était une fois encore archi complet! Et pourtant, vu le nombre de prestations live que donnent les sœurs Casady à Paris (Trianon en 2012 puis Salle Pleyel, à nouveau Trianon, Bouffes du Nord, Olympia ou encore Auditorium du Louvre, le tout en 2013), on pourrait penser que les fans du duo commencent à se lasser mais il n’en n’est rien…

Mais après avoir assisté une fois à un concert de CocoRosie, on comprend mieux l’engouement de leurs fans… Car CocoRosie, c’est tout d’abord une mise en scène unique : vidéo, petite maison reproduite sur scène, jeux de lumière et costumes, tous aussi excentriques les uns que les autres (chapeau haut de forme pour Sierra, voile noir sur le visage pour Bianca…)

Mais CocoRosie c’est aussi et surtout un univers musical envoûtant et onirique. Entourées de leur beat boxer chéri Tez et d’un musicien, les deux sœurs ont enchaîné les tubes et n’ont pas hésité à en revisiter certains.

Les fans ont ainsi eu droit à « End of Time », « Harmless Monster » ou encore « Gravediggress », extraits de leur dernier opus en date "Tales of A Grasswidow" mais aussi à des tubes plus anciens comme « By Your Side », « Smokey Taboo » ou encore « R.I.P. Burn Face ».

Que ce soit au piano, à la harpe ou encore à la flute, les deux sœurs savent aussi bien nous émouvoir que nous mettre en transe. Il suffit de regarder certains spectateurs se lâcher sur « Turn On Me » pour mieux comprendre l'effet qu'elles produisent.

Après un seul et unique rappel, mais amplement mérité, CocoRosie transforme le Yoyo en véritable club grâce au décapant « Kitty Cat», rendant les spectateurs encore plus hystériques qu’ils ne l’étaient déjà et les satisfaisant largement, eux qui avaient été déçus de voir le concert reporté suite à la laryngite de l’une des deux artistes.

VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Nos articles SCÈNES

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement