This page is not available in your language, please, choose yours

Phèdre au Théâtre de Vanves

Publié le 28 novembre 2011 Par Marine S.

Infos pratiques


12 rue Sadi Carnot
92170 Vanves

Jusqu’au 30 novembre, le Théâtre de Vanves accueille une adaptation de Phèdre par la Compagnie Def Maira.

C’est une Phèdre de Racine bien singulière qui sera présentée au Théâtre de Vanves jusqu’à mercredi. A l’exception d’une seule jeune fille jouant Panope, que des garçons, jusqu'au rôle de Phèdre. Ainsi, comme dans le nô ou le kabuki japonais, on perd vite cette notion d’identité sexuelle, et les garçons, très blancs et maquillés, incarnent, sans que cela nous dérange, les différences multiples des personnages.

D’un point de vue scénographique, cette nouvelle adaptation du mythique Phèdre propose un vrai « beau » décor, de beaux costumes, de beaux maquillages. Le directeur du Théâtre, José Alfarroba, nous confie qu’il a rarement vu une mise en scène si belle. Les garçons, tous vêtus d’une ample jupe couleur bordeaux, pieds et torses nus, ne quittent jamais la scène, quand bien même ils ne joueraient pas. Ils restent aux limites de l’espace rectangulaire de jeu, marqué par des projecteurs qui dessinent comme des colonnes de lumière. Ces rayons sont projetés dans sept vasques remplies d’eau, eux-mêmes enfoncés dans la terre. Les protagonistes restent toujours sur cette scène aux allures mystiques, ils restent dans la lumière, ou près de l’eau. La scène se révèle ainsi comme secrète, mystérieuse, à l'instar d'une cérémonie sacrée à la gloire de la pièce.

Au cœur de cette tragédie inspirée des Grecs, il y a Phèdre, accablée par cet amour impossible qu’elle porte pour Hippolyte, son beau-fils, qui se voit contrainte de survivre dans un monde qu’elle ne peut supporter. Elle est rongée par la douleur, le désespoir et la culpabilité. La mort de Thésée, son mari et père d’Hippolyte, qui semble venir comme une libération pour la femme, se révèle finalement une mort annoncée.

Ce texte-là, est un des plus glorieux des tragédies Raciniennes. Il est particulièrement admiré pour la construction tragique, la profondeur des personnages ou la richesse de la versification. C’est certainement ce dernier que la Compagnie Déf Maira et son metteur en scène Thomas Bouvet voudraient célébrer le plus dans son adaptation de Phèdre pour le Théâtre de Vanves. Célébrer le vers, la pureté du mot et de la fable. L’adaptation de Bouvet offre au public un langue limpide, qui offre aux spectateurs un ballet de mots puissant et virulent.

Phèdre de Jean Racine, adapté par Thomas Bouvet, du jeudi 24 au mercredi 30 novembre, à 20h30 au Théâtre de Vanves.
Tarifs : de 6 à 18€.

VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Nos articles SCÈNES

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement