This page is not available in your language, please, choose yours

Report : Le Petit Chaperon Rouge de Pommerat à la Maison des Métallos

Publié le 25 avril 2013 Par Marine S.
Le Petit Chaperon Rouge à la Maison des métallos

Infos pratiques

Du... 22 avril 2013
Au... 5 mai 2013


94, rue Jean Pierre Timbaud
75011 Paris 11

Jusqu’au 5 mai prochain, Joël Pommerat reprend son Petit Chaperon Rouge et le présente sur la scène de la Maison des Métallos, au cœur du XIème arrondissement, qui affiche de ce fait complet tous les soirs.

Elle est bien loin, l’image de la petite maison bordée de fleurs, éclairée par un soleil éclatant où résidait une grand-mère aux cheveux bouclés blancs. Telle était l’idée que je me faisais, petite, de l’univers du Petit Chaperon Rouge (psychanalyste, à vos papiers, voyez-vous dans cet aveu un quelconque manque dans mon enfance ?). Pour Joël Pommerat, l’atmosphère est lugubre, dès le départ de cette (trop ?) courte pièce, de 45 minutes, qui nous laisse tout juste le temps de rentrer pleinement dans l’histoire. Du noir et des lumières très réussies pour seul décor, et un conteur, aussi beau qu’il est effrayant. Sous son costume/cravate noir, il nous raconte cette histoire, sans que la petite-fille, la maman de la petite-fille ou la grand-mère de la petite fille n’aient véritablement à parler.

C’est ainsi dans cette ambiance loin d’être chaleureuse que débute la pièce de Pommerat, pièce membre de son triptyque sur la jeunesse (Pinocchio et Cendrillon). La scénographie comme la mise en scène sont épurées mais néanmoins réussie, rien de prétentieux, et juste quelques détails qui sautent aux yeux, comme les bruits des talons de cette maman si belle, mais toujours si pressée ou les lumières qui font véritablement la pièce, notamment le jeu d’ombres effectué pendant la traversé de la forêt. On reste cependant sur notre faim (sans mauvais jeu de mots), on espérait le voir, ce chasseur, ce sauveur. On espérait que Pommerat ne bouclerait pas si rapidement sa fin, laissant de côté une partie essentielle, car contée trop rapidement : la délivrance.

Joël Pommerat sert ainsi une version intello/épurée du Petit Chaperon Rouge qui nous permet de retrouver le goût de notre enfance et où les petits d’ailleurs, rient parfois jusqu’aux éclats. La pièce manque peut-être simplement de quelques minutes pour éviter le sentiment de bâclage d’une histoire qui ne le mérite pas, mais qui promet cependant une agréable soirée aux familles comme aux passionnés de théâtre.

Infos pratiques :

Le Petit Chaperon Rouge, à la Maison des métallos, du 17 avril au 5 mai 2013. 

le mardi 23 avril > 20h
les mercredis 17 et 24 avril >14h30
les jeudis 18, 25 avril et 2 mai > 14h30 et 20h
les vendredis 19, 26 avril et 3 mai > 20h
les samedis 20, 27 avril et 4 mai > 19h
les dimanches 21, 28 avril et 5 mai > 16h

Tarif : de 5 à 14€

Réservation : 01 47 00 25 20

VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Nos articles SCÈNES

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement