This page is not available in your language, please, choose yours

Glassbox et citéculture invitent le collectif fact à la fondation avicenne.

Publié le 21 novembre 2008 Par Clément D.

Infos pratiques


17, boulevard Jourdan
75014 Paris 14

Glassbox, en étroite collaboration avec Citéculture, initie un projet constitué de propositions originales d'artistes invités à intervenir à la fondation Avicenne de la Cité Internationale Universitaire de Paris.

Ces interventions s'enchaîneront jusqu'à l'été 2009 selon des fréquences dépendantes des échanges et de l'entente entre les acteurs impliqués.

Cette maison d'étudiants, signée Mohsen FOROUGHI, Heydar GHIAI (iraniens), Claude PARENT, André BLOC et Claude Colle (français), a été élaborée selon un principe de construction du haut vers le bas, du plafond vers le sol, du ciel vers la terre.

Au "poids visuel" de la surface borgne donnant sur le périphérique, répond le jeu de suspension de deux blocs d'habitation et la transparence des espaces, à la fois base et extension, désaxés du bâtiment. Inspiré par cette singularité, Glassbox propose une exposition aux modalités volontairement inversées. La maison est actuellement fermée dans l'attente d'une réhabilitation. Glassbox dédie cette période de transition à des propositions d'artistes répondant aux différents aspects qui ont fait de cette architecture métallique une réalisation emblématique du XX ème siècle.

Il est donc question pour Glassbox de faire de ce moment un point de fixation permettant aux artistes de suspendre leurs idées à cette cage.
Glassbox "sans les murs" tend ici à conduire un projet alliant le potentiel de ce bâtiment à la réactivité d'artistes contemporains permettant la réévaluation voire l'extrapolation du lieu.

Rendre compte de la définition progressive de ce projet artistique, une réalisation 2D 'datamatrix' sera disposée sur une des façades de la fondation Avicenne. Cette image, qui appartient à la famille des code-barres 2D, est composée de petits carrés noirs et blancs. Elle peut être décodée par des téléphones mobiles qui relient alors le lecteur à des contenus multimédia appropriés.

Ce dispositif donnera accès au programme des interventions ainsi qu'à des contenus (textes, sons, images fixes ou mouvantes) que certains artistes voudront joindre en guise de matériaux d'élongation de l'expérience esthétique.
C'est dans ce contexte que le collectif_fact (CH) dévoilera une première installation.
Il est composé d'Annelore Schneider (1979), de Swann Thommen (1979) et de Claude Piguet (1977) qui vivent et travaillent à Genève. (http://www.collectif-fact.ch/)



VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Nos articles ART / CULTURE

Commentaires

1 commentaire

  • Avatar de crcrcr

    crcrcr le 21/11/08 à 14h32

    Le principe est très intéressant, il pousse la curiosité. La collaboration artistique ouverte sur le monde permet d'élargir les idées.

L'AGENDA

Annoncez votre événement