This page is not available in your language, please, choose yours

Une exposition à faire : nasty

Publié le 15 janvier 2009 Par Clément D.

Infos pratiques


25 quai Voltaire
75007 Paris 7

Nasty est un des artistes les plus éloquents de sa génération. Issu de la seconde vague d’artistes européens fascinés par les œuvres sur les trains New Yorkais des «old timer» précurseurs du mouvement, il intervient sur le métro parisien dés les années 89.

Membre des AEC (Artistes en Cavale), la constance et la puissance de son style marquent rapidement les esprits et lui ouvrent la reconnaissance de ses paires. Ingénieux et créatif, il emprunte au métro ses plaques et ses plans, et en fait le support de ses œuvres. Il sera avec son complice Slice, le premier à en avoir l'idée. Dés lors, il installe toute l'essence de son mouvement dans le cadre privilégié des galeries, récupérant un élément du mobilier urbain dans ce qu'il a de plus symbolique (le métro) pour l'investir de son style aux lettres rondes, colorées et efficaces qui s'apparentent au style des précurseurs américains. Inventif et fils de pub, Nasty décline son œuvre sur autant de supports urbains ou apparentés, que son talent peut croiser : toys (jouets, désignés par des artistes) plans de métro et bombes.

La galerie Bailly contemporain, présentera dans une sélection rigoureuse d'oeuvres toute l'étendue du talent de l'artiste: de son intelligence au support (plan, plaque, sculpture, bombe) à son jeu riche d'écritures - du tag au graff. Ici Nasty assoit son style et installe son œuvre dans le temps mais surtout témoigne de sa véritable nature d'artiste de graffiti en rendant hommage aux Maitres de son mouvement.


VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Nos articles ART / CULTURE

Commentaires

2 commentaires

  • Avatar de clement

    clement le 17/01/09 à 12h06

    L'intérêt conceptuel du tag n'est pas d'être "esthétique" mais renvoie totalement à la notion de transgression de l'art du XXIème siècle. Ainsi, nasty est l'artiste repris par la société et non l'artiste libre de ses pensés.
    On peut donc emmètre l'hypothèse que le tag à une double vocation :
    - transmettre un message ou simplement un tag au sens premier (c'est à dire une signature)
    - transgresser les règles esthétiques de l'art (en utilisant des méthodes non conforme de diffusion).

    Même si on admet que les tags de paris sont tous laids, ne crois tu pas que ce serait dommage de perdre cet axe de liberté ?

  • Avatar de lolita2022

    lolita2022 le 15/01/09 à 15h00

    Si seulement tous les tags de Paris pouvaient être aussi beaux que ceux-là...

L'AGENDA

Annoncez votre événement