This page is not available in your language, please, choose yours

Sophie ristelhueber expose au jeu de paume

Publié le 20 janvier 2009 Par Camille R.

Infos pratiques


1, place de la Concorde
75008 Paris 8

La photographe française Sophie Ristelhueber expose un large éventail de ses œuvres au Musée du Jeu de Paume. Une exposition à méditer du 20 janvier au 22 mars 2009.

Sophie Ristelhueber est devenue, depuis les années 80, une icône dans le domaine de la photographie, alliant l'aspect esthétique, documentaire et journalistique afin de créer une nouvelle manière d'aborder la souffrance humaine, le pouvoir, mais surtout la guerre et la mémoire.
Ce qui rend la photographe unique, c'est sa façon de rendre compte de la réalité : dans ses clichés sont représentées les traces, les cicatrices que l'Homme a laissées sur son passage ; Non seulement dans les déserts du Koweit et d'Irak pendant la guerre, ou à Beyrouth, mais aussi sur le corps humain lui-même.
Afin de représenter au mieux cette réalité, Sophie Ristelhueber a réalisé un film de six minutes, " Le Chardon " mettant en images un texte de Tolstoï, lu par Michel Piccoli. Ce film évoque la résistance d'un chardon après le passage des Hommes, et par conséquent la volonté de la nature à résister aux modifications et destructions du paysage par l'Homme.
L'artiste n'hésite pas à associer des photographies de paysages touchés par la guerre, à des clichés de son enfance. " La petite fille prise en photo dans le jardin ne savait pas encore qu'elle allait prendre l'avion pour photographier des pays défigurés par la guerre. " C'est donc une vision unique et surprenante que la photographe nous propose.
Son idée n'est pas de représenter la guerre même, ni les actions de l'Homme sur la terre, mais de montrer les conséquences de celles-ci par leurs seules traces.
Le Musée du Jeu de Paume présente ici une rétrospective prêtant à réfléchir, sans toutefois tenir quelconque discours moralisateur. Si les photographies nous guident dans notre réflexion, les manières de les interpréter varient selon la perception que chacun a du monde d'aujourd'hui.




Visuel :
© Sophie Ristelhueber/ADAGP, Paris, 2009


VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Nos articles ART / CULTURE

Commentaires

4 commentaires

  • Avatar de jose92

    jose92 le 16/02/09 à 09h04

    Sophie expose ses photographies déchirés par la guerre dont les terres éventrées et immeubles en ruines de Beyrouth et d'Irak depuis 30 Ans...

  • Avatar de camouche

    camouche le 22/01/09 à 17h21

    oui car ce ne sont pas des simples paysages photographiés, mais toute une page de l'histoire de chaque pays, montrée de manière elliptique.Du moins c'est comme ça que le perçois.

  • Avatar de lolita2022

    lolita2022 le 20/01/09 à 17h34

    C'est justement la qualité de sa photo, qui fait plus documentaire qu'artistique, de montrer le paysage, ou du moins ce que l'homme en a laissé.

  • Avatar de crcrcr

    crcrcr le 20/01/09 à 15h54

    Le travail très particulier de l'artiste semble détourner le réalisme des paysages pour nous les faire voir de manière encore plus vraie.

L'AGENDA

Annoncez votre événement