This page is not available in your language, please, choose yours

William eggleston - paris

Publié le 25 avril 2009 Par Elodie N.
Fondation Cartier, William Eggleston, Paris, Photographie

Infos pratiques


261, boulevard Raspail
75014 Paris 14

La Fondation Cartier expose jusqu'au 21 juin le travail sur Paris du photographe américain William Eggleston.

Né en 1939 à Memphis, Tennessee,
William Eggleston est considéré comme l'un des pères de la photographie
couleur artistique, longtemps déniée face au noir et blanc. En 1976, John Szarkowski, directeur du département photographie du MoMA, organise une exposition de ses travaux : c’est l’une des premières expositions personnelles dédiées à la photographie couleur, jusque-là presque exclusivement destinée à des fins commerciales. Cet événement marquera un tournant majeur dans l'histoire de ce medium. Influencé par Henri Cartier-Bresson, Walker Evans,
Eugène Atget, Eggleston a baladé son objectif dans le monde entier, et
plus particulièrement dans le Sud des Etats-Unis.
A la demande de la Fondation Cartier, le photographe américain s'est rendu plusieurs fois à Paris pour livrer son regard d'étranger sur la capitale. Son travail, principalement axé sur la couleur et la composition, s'est étalé sur trois ans, pendant lesquels l'artiste a déambulé dans les rues de Paris, accompagné de son fils, pour photographier des instantanés de vie, laissant les choses venir à lui. Car ce ne sont pas les monuments historiques, les musées et les lieux fréquentés des touristes qui ont intéressé l'artiste, mais la ville elle-même, ses situations pittoresques et insolites, sa banalité et son originalité.
Comme une loupe grossissante, ses clichés révèlent des détails du quotidien. Son choix s'est porté sur des sujets anonymes, dont il a su saisir la singularité : une mendiante sur les marches de l'entrée du métro, des inscriptions amusantes, des jeux d'ombre et de lumière, des bras, des jambes, des tags, une robe en tulle blanche. Des fragments de la vie parisienne en somme. Parfois, les clichés semblent avoir été pris par erreur, trop tôt ou trop tard, comme ce passant, presque en-dehors du cadre, et cette jambe de femme (photos). La magie qui émane de ces photos, c'est le talent de l'artiste a révéler le merveilleux dans le trivial.

Pour la première fois, l'artiste expose également à la Fondation Cartier des dessins abstraits, inspirés par la musique, dont il est passionné. Une exposition à ne pas manquer.
Tarif normal : 6,50 euros / réduit : 4,50 euros
Visuels : © William Eggleston





VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Nos articles ART / CULTURE

Commentaires

2 commentaires

  • Avatar de Charliebrown

    Charliebrown le 30/04/09 à 22h58

    Oui,on peut se dire que ces photos pouuraient êtres prisent n'importe où. Ok,je suis d'accord mais c'est peut être là l'interêt... Parce que du coup on ne pose un regard carricaturam sur ses photos (genre: c'est où dans Paris?) mais bien sur les compositions et les couleurs et là, c'est génial. En plus la fondation Carteir est un lieu "chic" et à à la fois très épuré qui permet de s'attacher sincèrement aux oeuvres et pas forcément au décor.

  • Avatar de crcrcr

    crcrcr le 25/04/09 à 11h08

    Le travail très soigné de la lumière, permet un rapprochement du réel et de l'onirique.

L'AGENDA

Annoncez votre événement