This page is not available in your language, please, choose yours

Larry clark : "kiss the past hello"

Publié le 27 septembre 2010 Par Caroline J.

Depuis les années 1970, les œuvres de Larry Clark marquent au fer rouge la société américaine, la plongeant dans un cauchemar fou mais avant tout réaliste. Adulés ou bien critiqués, voire censurés, ses travaux sont très souvent sujets à controverses. Photographe et réalisateur, Larry Clark a produit plusieurs œuvres que le Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris souhaite mettre en avant, à travers une grande exposition, à découvrir dès le 8 octobre prochain.

Avant de se lancer dans la réalisation en 1994, Larry Clark était surtout connu en tant que photographe.

C'est dans sa ville natale que tout commence pour lui. Il décide de s'inspirer de différentes scènes de vie d'un groupe de drogués accros au speed et à la marijuana et publie ainsi, en 1971, sa première monographie, intitulée Tulsa. Ce livre devient une référence incontournable de la contre-culture sur le désarroi et la violence d’une génération, mêlant drogues, sexe et armes à feu.

Suite à ce succès, Larry Clark continue sur sa lancée et traduit sans concession les expériences et angoisses de l’adolescence à travers d'autres ouvrages de photographies comme Teenage Lust (1983) ou encore The Perfect Childhood (1992).

Ce n'est donc qu'en 1994 que le photographe se tourne vers la réalisation et produit son premier long-métrage : Kids. Malgré une censure aux Etats-Unis, le film récolte les bonnes critiques et devient un véritable succès commercial. Larry Clark poursuit sa route en réalisant Bully en 2001 puis Ken Park en 2003.

La même année, il suit un groupe de skaters hispaniques de South Central, le quartier le plus déshérité de Los Angeles. Cette rencontre avec ces jeunes donnera lieu au film Wassup rockers. Lors de ce tournage, il rencontre également Jonathan Velasquez, dont la personnalité le frappe. Durant huit ans, il photographie ainsi, chaque semaine ou chaque mois, ce jeune vénézuélien, du sortir de l’enfance à son affirmation en tant qu’adulte.

C’est donc la série Los Angeles 2003-2010 que le Musée d'Art Moderne présentera pour la première fois. Des vidéos inédites, des œuvres antérieures puis historiques seront également dévoilées.

À cette occasion, Larry Clark a accepté la publication d’une monographie, la première sur son activité, accessible jusqu’alors uniquement à travers des livres d’artistes.

Ne manquez donc pas l'occasion de (re)découvrir le travail d'un artiste de talent au regard personnel et honnête, qui a aujourd’hui réussi à s'imposer comme l'un des rares réalisateurs intègres et indépendants, actuellement en exercice aux États-Unis.

Larry Clark au Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris
Du 8 octobre 2010 au 2 janvier 2011

Exposition interdite aux moins de 18ans!

Visuel © Larry Clark



VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Nos articles ART / CULTURE

Commentaires

3 commentaires

  • Avatar de leduc

    leduc le 13/10/10 à 12h30

    Très belle expo : le suivi de générations d'ado. Sexe, drogue, and guns : les sujets peuvent heurter mais les clichés sont d'un naturel et d'une sincérité effarante !
    A ne pas manquer.

  • Avatar de caribou23

    caribou23 le 02/03/10 à 16h46

    Larry Clark peut effectivement choquer par la réalité de ses images mais c'est un vrai artiste! Vraiment hâte de découvrir cette exposition...j'avais malheureusement manqué celle de la Maison européenne de la photographie, il y a quelques années

  • Avatar de lippe

    lippe le 02/03/10 à 11h54

    A la vision de son 1er film, j'avais pris une grande claque.La révélation d'une jeune actrice Chloé Sevigny dans le rôle d'une "junky".Je serais tenté de voir cette exposition !

L'AGENDA

Annoncez votre événement