This page is not available in your language, please, choose yours

Un festival de dégustations gastronomiques

Publié le 20 mai 2008
La Bigarrade

Infos pratiques


106, rue Nollet
75017 Paris 17

Les Batignolles n’ont décidemment pas dit leur dernier mot.Que de surprises au détour de ses petites rues qui grouillent d’animation et de joie de vivre.Si le quartier n’a pas eu ses Jeux Olympiques, l’équipe de Restoaparis sait toutefois à qui décerner la médaille : A la Bigarrade !Ce très joli petit restaurant gastronomique vient tout juste d’ouvrir ses portes rue Nollet, à quelques pas de la rue Cardinet.
Une façade élégante et verdoyante, une décoration épurée et raffinée, des éclairages soignés qui mettent en valeur de larges tables cossues.

Seulement 20 convives auront, confortablement installés, la chance d’admirer la brigade en effervescence officier derrière la superbe et ultra moderne cuisine américaine. Voilà pour l’écrin.

Le meilleur reste à venir !

C’est le Chef Christophe PELE qui nous accueille en toute simplicité dans son nouveau temple de la gastronomie.

Il peut être fier ! Quel parcours !

Une formation chez les plus grands, LASSERE et LEDOYEN l’amène à faire une rencontre déterminante en la personne de Monsieur SERINO, à l’époque Chef du ROYAL MONCEAU.
C’est en 2007 qu’il décide d’ouvrir sa première affaire, et voilà comment « la BIGARRADE » est née ! Dans cette aventure, Christophe PELE s’associe les talents du second, Giuliano SPERENZI, ancien chef de parti, également chez LEDOYEN.

Nous voilà prêt à déguster. Ici, c’est le chef qui vous fait la surprise du Menu dégustation élaboré selon le marché du jour. Gourmet ou Gourmand, à 35€ ou 45€ le midi, 45€ ou 65€ le soir.

Pour ce déjeuner, nous choisissons la Formule gourmande comprenant 3 amuses bouche, 2 entrées, 2 plats, fromage et 3 desserts !

En accueil, une Foccacia à tremper dans une exquise huile d’olive fraîche, une Ventrèche de thon aux oignons rouges et une Huître « perle blanche », fine et juste iodée, servie avec une émulsion à l’oseille et œufs fumés.
Les Saint Jacques au coulis de carottes et mangues sont délicieuses.
Le maquereau au jus de champignon et asperges sauvages est parfait.

Le cabillaud au jus de canard que nous avons dégusté en plat est cuit comme rarement, légèrement translucide au cœur et très fondant.

Les plats s’enchaînent au bon rythme, les portions sont étudiées pour profiter pleinement de chaque plat.
Il nous reste tout juste une petite place pour les desserts, et là, c’est le bonheur !

Une Compote de mangue-basilic et olives séchées, une Crème de citron gelée à la coriandre et une Crème de pistache et gelée de réglisse achèvent ce festin tout en douceur.

Le repas s’achève et c’est ébloui et léger que, la tête dans les étoiles devant notre café, le chef, avec passion, nous raconte, nous commente et pour un peu, nous ferions bien un petit retour sur ce cabillaud !

Vous l’aurez compris, un tel déjeuner de haute volée pour 45€, c’est tout simplement remarquable et unique.



VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Nos articles HÔTELS ET RESTAURANTS

Commentaires

1 commentaire

  • Avatar de kuku40

    kuku40 le 02/01/09 à 23h43

    Le cabillaud au jus de canard? MON DIEU

L'AGENDA

Annoncez votre événement