Coronavirus à Paris : les restaurants, bars, commerces non essentiels et cinémas doivent fermer

Par Charlene S., My B. · Publié le 15 mars 2020 à 08h50 · Mis à jour le 16 mars 2020 à 12h13
Le premier Ministres Edouard Philippe vient d'annoncer la fermeture des restaurants, bars, cafés, cinémas, commerces non essentiels et autres lieux de vie non essentiels. Découvrez les dernières informations à Paris et en Ile-de-France.

La nouvelle vient de tomber, c'est au tour des restaurants, bars, cafés, cinémas, commerces non essentiels et autres lieux de vie non essentiels qui doivent désormais fermer leurs portes dès ce soir à minuit et jusqu'à nouvel ordre. C'est le cas aussi à Paris des équipements sportifs et des piscines

Resteront ouvert  les magasins et marchés alimentaires, les pharmacies, les stations essence, les banques et les bureaux de tabac et de presse. Les services public restent ouverts également. 

Les restaurants pourront livrer à domicile.

Les transports urbains continueront de fonctionner mais le gouvernement appelle à limiter au maximum les déplacement, dans la mesure du possible.

Le veille encore, les restaurants que nous avions contacté se disaient inquiets : "On ne sait pas trop où on va ni comment ça va se passer" déplore Claire, cheffe du restaurant L'Escient dans le 17ème arrondissement de Paris. En effet, depuis le début de la pandémie du Coronavirus qui progresse dans le monde et notamment à Paris, l'inquiétude grandit chez les commerçants.

Du côté des restaurants, la baisse de la fréquentation était déjà flagrante, constat réalisé dans le restaurant L'Escient. La veille encore, ils disaient : "Tant qu'on nous demande pas de fermer, on travaille. Il y a des salariés à payer donc nous n'avons pas le choix", avait déclaré Claire. 

Une situation complexe que l'on retrouve aussi dans le secteur hôtelier. En cette période de l'année, les annulations sont quatre fois plus importantes que l'année dernière à la même date, constate les hôtels du Machefert Group (1K, Normandy Hotel...) . Pour le mois d'avril, beaucoup de leurs établissements prévoient entre 1% et 10% de taux d'occupation seulement. Et pour le moment, les solutions restent floues. Alors que certains craignent la fermeture de leur restaurant, Claire, citée plus haut confie : "On est comme tout le monde, on écoute les infos. Il y aura peut être une aide ou un report des charges mais on en sait pas plus". 

Même scénario pour Vincent, restaurateur qui possède deux établissements, Bruce et Goku Asian, à Paris. Depuis le début du mois de mars, il avait enregistré une baisse de -25% sur son chiffre d'affaires. Malgré les nombreuses mesures d'hygiène mises en place dans ses restaurants, la fréquentation habituelle n'était déjà pas au rendez-vous contrairement à l'incertitude. "C'est très dur financièrementSi l'Etat nous oblige à rester fermé 1 mois sans indemnités, je vais fermer, c'est mort, je ne pourrais pas remonter". 

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche