Pourquoi le 1er novembre est-il férié en France ? Origine et histoire de la fête de la Toussaint

Par Caroline J. · Publié le 11 août 2020 à 08h12 · Mis à jour le 19 août 2020 à 20h22
En France, comme dans de nombreux autres pays, le 1er novembre est férié. Mais savez-vous exactement pourquoi le jour de la Toussaint est chômé et en connaissez-vous l’histoire et l’origine ? On vous en dit plus.

Comme le 15 août ou le 1er janvier, le 1er novembre fait partie des onze jours fériés listés dans le Code du Travail français.
Mais pourquoi ce jour de la Toussaint est-il férié en France et que signifie exactement cette fête ? 

Le 1er novembre correspond à la fête catholique de la Toussaint. Religieux, ce jour est l’occasion pour les chrétiens de célébrer tous les saints connus et inconnus. « Chaque 1er novembre, l’Église honore ainsi la foule innombrable de ceux et celles qui ont été de vivants et lumineux témoins du Christ » précise le site de l’Église catholique en France

Comme d’autres fêtes catholiques, l’origine de la Toussaint est très ancienne. Toutefois, son origine ne se trouve pas dans les textes bibliques. Instituée par l’Église, la fête de la Toussaint célébrait au départ tous ceux morts en martyrs. Puis elle s’est étendue à tous les saints connus et inconnus. En l’an 610, le pape Boniface IV décide d’instaurer la commémoration régulière des saints chaque 13 mai.

Il faudra attendre un peu plus d'un siècle plus tard, avant que la date du 1er novembre soit finalement choisie pour commémorer les Saints. C’est le pape Grégoire III qui officialisa ce changement de date. Aux alentours de 835, le pape Grégoire IV va même jusqu’à imposer que cette fête soit célébrée dans le monde entier. La Toussaint entre définitivement dans la liste des huit fêtes chrétiennes, au XXe siècle, alors que Pie X est à la tête du pouvoir pontifical. Elle devient par la même occasion une fête chômée.

Pour la petite anecdote, la fête de la Toussaint a été temporairement supprimée pendant la Révolution française, avant d’être réinstaurée en 1802 par Napoléon.

Si la date du 1er novembre n’est pas à confondre avec celle du 2 novembre, qui honore les morts, de nombreux Français - croyants, mais aussi athées - ont pris pour habitude d’aller fleurir les tombes d'êtres disparus qui leur sont chers.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche