Une rave-party illégale dans la Creuse réunit des centaines de personnes, évacuation en cours

Par Elodie D. · Publié le 30 août 2020 à 11h08 · Mis à jour le 30 août 2020 à 11h13
Une rave-party illégale a réuni ce week-end entre 300 et 400 personnes sur un terrain militaire de Feniers, dans la Creuse. Plus de 200 gendarmes et un hélicoptère ont été mobilisés samedi pour éviter les débordements. Le lieu est en cours d'évacuation ce dimanche matin.

La préfète de la Creuse, Magali Debatte, est dans la tourmente. Interviewée ce samedi par TF1, elle a déclaré : « Tout le monde fait des efforts, les agriculteurs, je l’ai constaté [samedi] matin, font des efforts. Et là, on a 400 personnes qui se fichent éperdument de leur santé, mais aussi de la santé de l’ensemble des Creusois ». La raison de sa colère ? Depuis vendredi soir, un petit village d’une centaine d’habitants a vu débarquer plusieurs centaines de personnes, venues participer à une rave-party illégale sur un terrain militaire.

Si le 14 août dernier, la préfecture avait mis en place un arrêté visant à rendre le port du masque obligatoire « de jour comme de nuit, pour toute personne de onze ans ou plus qui accède aux rassemblements festifs de plein air à caractère musical ou y demeure », les fêtes n’étaient pas interdites. Face aux appels au rassemblement, dans l’urgence, la préfète a fait interdire les « rassemblements festifs à caractère musical » dès ce samedi 29 août. Sauf que la rave-party était déjà en place, avec des centaines de personnes. La gendarmerie a donc été déployée sur place, avec un dispositif de près de 200 gendarmes et un hélicoptère dès samedi, et la Croix-Rouge et les sapeurs pompiers avaient été dépêchés pour « encourager les festivaliers à respecter les gestes barrières et la distanciation ».

Le colonel Cabioche, commandant du groupement de gendarmerie de la Creuse avait indiqué à TF1 ce samedi avoir « un dispositif très proche du site, avec des gendarmes qui sont là pour interdire, surveiller et empêcher l’accès aux teufeurs à cette rave party. » Et de poursuivre : « Ensuite, nous avons mis un dispositif beaucoup plus large, à environ 10 km des axes principaux ». Ce dimanche matin, la zone était en cours d’évacuation.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche