Soutien aux petits commerces : Bruno Le Maire demande un "geste patriotique" aux Français

Par Alexandre G. · Publié le 12 novembre 2020 à 12h17 · Mis à jour le 12 novembre 2020 à 12h18
Tandis que la date fatidique du "Black Friday" approche et que les commerces "non essentiels" sont fermés, le ministre de l'Économie explique ce jeudi 12 novembre qu'il n'est pas en mesure d'empêcher la libre concurrence entre les petits commerces et les grandes plateformes de e-commerce, comme Amazon. Pour aider les commerces de proximité, il appelle les Français et tous les acteurs à la responsabilité. Un "geste patriotique" essentiel, que "chacun peut faire".

Face aux géants du numérique comme Amazon ou Google, difficile de lutter à armes égales sur le terrain économique. C'est pourtant ce qu'espère le ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance, Bruno Le Maire, alors que Noël approche et que le confinement reste en vigueur. Invité à la matinale de BFM Business ce jeudi 12 novembre 2020, il a rappelé l'importance de soutenir les commerces de proximité et les petits commerçants contre la superpuissance des grandes plateformes de e-commerce, Amazon en tête. 

Justement, c'est bien l'entreprise fondée par Jeff Bezos qui fait peur aux petits acteurs économiques en France. Dans quelques jours aura lieu le "Black Friday", l'opération "promotionnelle" -comme le rappelle le ministre- organisée juste avant Noël, devenue incontournable à travers le monde. Une concurrence déloyale pour les commerces de proximité, dont la plupart ont été obligés de fermer leurs portes étant considérés comme "non essentiels". 

Conscient du danger qu'Amazon et les autres acteurs du e-commerce peuvent représenter, Bruno Le Maire se positionne en juge de paix. "C'est pour ça que j'ai appelé tous les acteurs à la responsabilité. Le gouvernement n'a pas à intervenir dans une opération promotionnelle privée. En revanche, s'il faut que nous servions d'intermédiaire entre les très grandes surfaces , les petits commerçants, le e-commerce pour voir s'il faut soit reporter soit étaler cette opération nous sommes toujours prêts." Pourtant, son avertissement ne laisse pas de place au doute : "c'est aux commerçants eux-mêmes de dégager une solution". 

Forcément, le ministre de l'Économie représente ici l'État et son obligation de neutralité face à la libre concurrence entre les différents acteurs privés. D'un point de vue légal, impossible pour Bruno Le Maire de mettre en cause tel acteur plutôt qu'un autre ; ce qui ne l'empêche pas de donner en sous-texte des indications limpides aux citoyens. "Les consommateurs ils sont libres. J'ai incité les consommateurs français à d'appeler - plutôt que de faire du e-commerce- leurs libraires de quartier, le magasin d'habillement de proximité, de téléphoner s'ils veulent acheter un produit pour les soutenir. Ça, c'est un geste patriotique, que chacun peut faire". Ensuite, le ministre a appelé une nouvelle fois à la "responsabilité" des Français sur le "Black Friday".  

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche