Augmentation du SMIC : le salaire minimum réhaussé de 14 euros brut par mois en janvier 2022

Par Cécile D. · Publié le 15 décembre 2021 à 12h32
Après une revalorisation automatique du SMIC le 1er octobre dernier, en raison de la forte inflation observée en France, le salaire minimum pourrait à nouveau augmenter de 0,5 à 0,6% en janvier 2022. L'Insee a confirmé, ce 15 décembre 2021, que le SMIC augmenterait de 14 euros brut par mois à partir du 1er janvier 2022.

Le Smic va-t-il être à nouveau augmenté prochainement ? Selon les calculs de l'Insee, l'inflation en France est suffisamment forte pour justifier une hausse du salaire minimum de croissance à partir du 1er janvier 2022. En novembre, l'inflation a atteint +0,4% sur un mois. L'Insee recense également une inflation à +2,8% sur un an. L'organisme confirme donc une hausse du Smic en janvier, pour ajuster les revenus des Français à la hausse des prix.

Chaque début d'année civile, les pouvoirs publics réajustent le revenu minimum en France, afin d'adapter les salaires en fonction de l'indice mensuel des prix à la consommation des 20% des salariés les plus modestes, explique l'Insee. Il est également possible que le Smic augmente en cours d'année si l'inflation dépasse les 2%, comme on l'a observé en octobre 2021. Actuellement, en novembre 2021, le Smic brut horaire est à 10,48€, soit un Smic mensuel brut de 1589,47€ (1258€ en net). 

A partir de janvier, l'Insee indique donc que le Smic augmentera d'environ 14 euros brut par mois. Il passera de 10,48 euros brut de l'heure à 10,57 euros. Avec cette revalorisation, le Smic devrait se situer aux alentours de 1603 euros brut par mois, soit une augmentation de 0,9%.

Un groupe d'économistes avait remis un rapport aux partenaires sociaux le 29 novembre dernier, rapport décrypté par nos confrères du Monde. Dans ce document, les experts estimaient que le Smic pourrait être revalorisé de 0,5 à 0,6% au 1er janvier 2022. Cependant, les économistes recommandent de ne pas augmenter les salaires, pour favoriser plutôt la création d'emplois. « Le contexte actuel d’une sortie très progressive et instable de la crise de la Covid-19 suggère de prioriser la consolidation des fortes créations d’emplois récentes par rapport aux gains de pouvoir d’achat salarial », écrivent-ils dans leur rapport.

Dans son rapport, le comité dirigé par Gilbert Cette justifie ce conseil en expliquant que la sortie de crise est encore « très progressive » et « instable ». La création d'emplois est préférable à l'augmentation des salaires pour ces experts, qui ajoutent que le taux de « chômage encore très élevé » et une « compétitivité faible » n'améliorent pas la "balance commerciale" de la France.

Les économistes expliquent également que les travailleurs pauvres ou précaires, dont les revenus se situent au niveau du Smic, ont besoin de travailler plus longtemps, en améliorant la qualité de leurs emplois. Il est préférable pour eux de passer en contrats longue durée, avec 35h de travail par semaine, plutôt que de rester bloquer dans des contrats courts. 

Le comité pointe aussi du doigt les secteurs qui n'ont pas mis à jour leurs conventions collectives, et qui peuvent donc payer des salaires en dessous du Smic en dépit de la réglementation en vigueur.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche