Covid-19 et grossesse : est-il plus risqué d'avoir le coronavirus ou de se faire vacciner ?

Par Elodie D. · Publié le 23 mars 2021 à 12h40 · Mis à jour le 23 mars 2021 à 15h29
Dans ces dernières recommandations, la HAS précise que l’administration des vaccins contre la Covid-19 chez la femme enceinte n’est pas contre-indiquée et doit être envisagée pour les femmes enceintes de plus de 35 ans ou celles présentant d’autres comorbidités comme l’obésité ou le diabète. En effet, des dernières études américaines affirment que la grossesse augmente significativement les risques de développer des formes graves du coronavirus.

Le cas des femmes enceintes et des mères allaitantes est problématique. Très peu d'études sont faites sur ces personnes, tellement que les autorités de santé ne souhaitent pas trancher sur leur sort. Si l'OMS est monté au créneau pour rappeler les bienfaits du contact maman-bébé malgré le covid-19, arguant que ne pas séparer les nouveaux-nés de leur mères pouvait sauver la vie de 125.000 bébés à l'échelle planétaire grâce à l'allaitement, la question de la vaccination des femmes enceintes et allaitantes pose des questions.

En France, il a longtemps été recommandé de ne pas vacciner les femmes enceintes du fait du peu de données connues, mais les choses ont changé depuis l'analyse des métadonnées américaines collectées par le CDC. Les chercheurs ont montré que la grossesse est "un facteur de risque indépendant de développer des formes graves qu'il s'agisse des hospitalisations ou des décès associés à la Covid-19", néanmoins moindre que pour les patients âgés ou présentant des comorbidités. Le covid-19 accentuerait aussi le risque de naissances prématurées par trois, tout autant que les risques de pré-éclampsie.

Ces dernières données ont fait pencher la balance pour une vaccination des femmes enceintes, du moins pour "les femmes enceintes de plus de 35 ans ou celles présentant d’autres comorbidités comme l’obésité ou le diabète ou les femmes enceintes susceptibles d’être en contact avec des personnes infectées du fait de leur activité professionnelle pourraient se voir proposer la vaccination". Celles pour qui "les bénéfices potentiels l’emportent sur les risques pour la mère et le fœtus" et avec le vaccin Pfizer ou Moderna, selon Haute Autorité de Santé dans ces nouvelles recommandations. Surtout que les anticorps produits par la mère se retrouveraient dans le système immunitaire des nouveaux-nés, selon les premières études sur la question.

Concernant les femmes allaitantes, la HAS précise que la vaccination chez la femme allaitante est donc possible.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche