Taxis volants à Paris : premiers essais prévus en juin 2021

Par Rizhlaine F., Laurent P., Alexandre G. · Publié le 19 janvier 2021 à 19h24 · Mis à jour le 20 janvier 2021 à 10h16
Un taxi volant au-dessus des toits de Paris ? C'est le projet dévoilé (et confirmé) par la RATP, ADP et Choose Paris Region, ce lundi 18 janvier 2021. Les premiers vols expérimentaux devraient être réalisés par l'entreprise Volocopter en juin 2021, à l'aéroport de Pontoise. La commercialisation des machines volantes serait prévu pour 2030, avec des premières démonstrations planifiées à l'horizon des JO de Paris 2024. Une étude indique que 43% des Français seraient prêts à monter à leur bord. Et vous ?

Vers une révolution des transports en commun parisiens ?  Ce lundi 18 janvier 2021, la RATP, société de transport en commun, Aéroports de Paris (ADP) et Choose Paris Region, en charge de la promotion de la région Île-de-France, dévoilent le nom des 31 acteurs sélectionnés pour "développer une filière de la mobilité aérienne urbaine autour du véhicule à décollage vertical". Des fabricants industriels et acteurs de l'aéronautique qui ont tous répondu à l'AMI (appel à manifestation d'intérêt) formulé par les partenaires. 

Si les trois acteurs avaient déjà annoncé fin septembre 2020 leur volonté de donner naissance aux premiers taxis volants, désormais il n'y plus vraiment de doutes. Airbus, Safran, l'entreprise chinoise Ehang, une autre slovène baptisée Pipistrel, ou encore l'allemand Volocopter : autant d'acteurs gros comme petits, qui constitueront "une des zones du monde dans laquelle cette filière se structurera", confie Edward Arkwright, directeur général exécutif d'ADP au cours de la conférence de presse de présentation.

D'ailleurs, les partenaires à l'origine de l'AMI ont désigné l'aéroport de Pontoise comme nouveau chef-lieu de la filière VTOL (vertical take-off and landing). De nouvelles machines qui fonctionnent à l'électricité, voir éventuellement à l'hydrogène : les hélicoptères de demain seront forcément "propres", c'est-à-dire "décarbonnés" des énergies fossiles. Dans la course au développement de la machine volante, l'entreprise allemande Volocopter semble avoir la solution la plus mature pour participer au projet selon les partenaires, avec son Volocity -un engin qui ressemble drôlement à un hélicoptère miniature. 

En quoi ça consiste plus précisément ? Tout simplement en un système de "taxi volant", mélange entre le bus, l'hélicoptère et le drone. "Les vols autonomes ne font plus partie de la science-fiction", explique ainsi Guillaume Faury, président exécutif d’Airbus, l'une des entreprises sélectionnées pour participer à cette expérience industrielle. Et de poursuivre : "Aujourd’hui, nous disposons des briques techniques, mais il faut les harmoniser afin de les intégrer dans la vie quotidienne des usagers sans remettre en cause notre priorité, la sécurité".

Côté accessibilité, la RATP et ses partenaires visent le grand public, prévoyant une offre commercialisée à l'horizon 2030. L'idée serait de désengorger les routes pour les touristes venant à Paris de l'aéroport Charles de Gaulle pour les JO de 2024. Des navettes qui pourraient donc débarquer sur le marché dès 2030, et qui pourraient également accueillir "de quatre à six places" pour un coût de 1 à 2 euros au kilomètre, comme l'indique la RATP. Une première ligne assurerait le trajet entre l'aéroport de Roissy et la capitale. 

Seulement, sommes-nous prêts à monter à leur bord ? Une récente étude de Carvea Consulting et Opinea* indique à ce sujet que 43% des Français interrogés se disent prêts à grimper à bord de ces taxi-drones. Et l'épidémie de coronavirus n'aura pas eu raison de ce projet fou. En septembre 2020, Aéroport de Paris, la Région Île-de-France et la RATP ont conjointement annoncé que les tests de ce dispositif auront lieu au sein de l'aérodrome de Cormeilles-en-Vexin, dans le Val-d'Oise. D'ici juin 2021 cette ville du 95 verra les premiers vols expérimentaux

*Étude  réalisée par CARVEA Consulting et OPINEA au 2e semestre 2020. Elle est basée sur des interviews en ligne et un échantillon de 1011 répondants âgés de 15 à 75 ans, représentatifs de la population française (sexe, âge, région et CSP) suivant la méthode des quotas.

Informations pratiques

Lieu

Paris
75 Paris

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche