Coronavirus dans les Ehpad : nouvelles mesures pour les visites à Paris

Par Cécile D., Alexandre G. · Publié le 5 octobre 2020 à 19h12 · Mis à jour le 6 octobre 2020 à 08h58
Alors que Paris et la petite couronne passent en alerte maximale, le directeur de l'Agence Régionale de Santé a annoncé de nouvelles mesures concernant les visites dans les Ehpad. Désormais, à Paris et dans les départements concernés, les visites peuvent se faire uniquement sur rendez-vous, avec une limite de deux personnes maximum.

De nouvelles restrictions et mesures sanitaires ont été présentées lundi 5 octobre 2020, par le préfet de police Didier Lallement et le directeur de l'ARS Île-de-France Aurélien Rousseau. Paris se trouve désormais en état d'alerte maximal. Face à la situation sanitaire actuelle, des restrictions doivent être mises en place pour quinze jours au moins, et à compter de ce lundi 5 octobre.

Les visites en Ehpad sont toujours autorisées, « mais uniquement sur rendez-vous », si possible dans un espace dédié et à deux visiteurs maximum. Afin de faciliter les visites, les Ehpad sont encouragés à rester ouverts les week-ends et en dehors des horaires de travail. Les visites peuvent également être suspendues par le directeur de l'établissement « en cas de non respect des gestes barrière ».  

Les populations plus âgées sont à risque : « Nous sommes au-dessus des seuils d'alerte à Paris, a confirmé Aurélien Rouseau. Depuis le 28 septembre, le taux d'incidence est supérieur à 260 pour 100 000 habitants à Paris. Il est au-dessus de 500 pour la catégorie des 20-30 ans. Pour les plus de 65 ans, il est supérieur à 110 ».

Dans le reste de la France

Une vigilance de chaque instant... L'ARS Île-de-France a annoncé dans un communiqué, lundi 17 août 2020, renforcer les mesures de prévention dans les établissements médico-sociaux, et tout particulièrement dans les Ehpad. Une annonce qui fait suite aux différents bilans sanitaires publiés depuis le mois de juillet et attestant de la circulation de plus en plus active du coronavirus dans la région.

Le 14 juin, le Président de la République Emmanuel Macron avait déjà fait des annonces lors de son allocution concernant la réouverture des Ehpad, donnant à travers son ministre de la Santé Olivier Véran quelques modalités, pour une visite en toute sécurité. De nouvelles mesures qui renforcent donc celles déjà en vigueur... Mais quelles sont ces mesures ? Celles-ci s'articulent autour de deux scénarios "conformément aux orientations nationales préconisant la gradation des mesures".

La direction doit ainsi anticiper "la survenue d’un cas et la prise en charge à réaliser" en se constituant un stock d'équipement (masques, gel hydroalcoolique, etc.), mais également en actualisant les protocoles soignants ainsi que les procédures de "bionettoyage" et de dépistage. L'ARS précise également que "la préparation d’une unité dédiée aux personnes atteintes de Covid-19 est encouragée".

Le personnel de retour de congés, ainsi que les nouveaux intervenants, doit quant à eux faire un test de dépistage avant leur prise de fonction. Il en va de même pour tous ceux qui ressentent le moindre symptôme. Même chose pour les résidents de retour d'un séjour en compagnie de leurs proches et pour les nouveaux admis. Dès qu'un cas est avéré, toute personne intervenant auprès de la personne contaminée doit être testée.

La vigilance lors des visites doit être renforcée, avec la mise en place drastique des mesures sanitaires actuellement en vigueur (port du masque, distanciation physique, etc.), et en privilégiant les visites dans des salles dédiées et uniquement en extérieur lorsque qu'un enfant de moins de 11 ans fait partie des accompagnants (et pour qui le masque n'est pas obligatoire). De nouvelles mesures qui seront réévaluées en fonction de la situation.

Et pour les mesures déjà en vigueur, petite piqûre de rappel :

Quelles sont les modalités de ces visites ?

Les proches des pensionnaires doivent remplir "une demande écrite de rendez-vous, qui pourra utilement être dématérialisée", peut-on lire dans le protocole mis à disposition des établissements et relayé par nos confrères de BFMTV. Une fois le formulaire rempli et validé par l'établissement, "il est pris soin de porter à leur connaissance les règles d’organisation de visite qu’ils doivent formellement s’engager à respecter" explique également le document. Un courrier, SMS ou mail est par la suite envoyé aux familles, "définissant la procédure, les conditions, la méthodologie, le jour et l’heure de la visite".

Qui décide des visites dans les établissements : les familles, les pensionnaires ou la direction ?

Là également, le protocole mis en place par le ministère de la Santé donne une réponse claire : "La demande de visite émane du résident, et dans le cas où le résident ne peut pas l’exprimer formellement en première intention, son avis est sollicité quant à l’éventualité d’une visite", peut-on y lire.

Mais la décision, elle, est prise par la direction des établissements : "il est rappelé qu’il revient aux directrices et directeurs d’établissement de décider des mesures applicables localement, après concertation collégiale avec l’équipe soignante et en particulier les médecins coordonnateurs le cas échéant, en fonction de la situation sanitaire de l’établissement et dans le respect des préconisations en vigueur dans le territoire concerné", explique également le document. Tout dépend donc de la situation sanitaire de la résidence, et si les risques sont trop grands, attendez-vous à ce que les visites soient interdites pour le moment, ou encadrées encore plus strictement.

À noter que "les résidents pour qui le confinement a un fort impact sur la santé physique et mentale" sont priorisés dans la mise en place de ces visites.

Une fois sur place, comment se déroulent les visites ?

Les proches des résidents se voient fixer une durée de la visite inférieure à une heure, "adaptée en fonction de l’état de santé du résident, de ses souhaits, de la situation de l’établissement et des nécessités d’organisations" et la visite se passe à l'extérieur de l’établissement, à l'intérieur dans un espace aménagé ou en chambre lorsque le déplacement du résident est impossible. Le protocole a légèrement évolué, autorisant les visites "à plus de deux" lorsqu'elles sont faites en extérieur, mais les cantonne à seulement deux personnes en chambre. Les mineurs sont également de nouveau autorisés lors de ces visites. 

Les proches doivent également signer "une charte de bonne conduite par laquelle ils s’engagent à respecter l’intégralité du protocole et des mesures sanitaires". À noter que les gestes barrières et les mesures de distanciation physique doivent être scrupuleusement respectés. Le visiteur doit également se laver les mains une fois arrivées, sa température doit être contrôlée par l'établissement "à l'aide d'un thermomètre sans contact" et il doit déclarer sur l'honneur "qu’il n’a pas pris dans les 12h d’un traitement antipyrétique (paracétamol, aspirine, etc.)". 

Le proche en visite doit également remplir sur place un auto-questionnaire, et enfiler un masque soit apporté par celui-ci, soit fourni par l'établissement. Tout échange d'objets ou d'aliments est strictement interdit, et toutes les surfaces touchées pendant la visite sont strictement désinfectées. Des mesures indispensables pour veiller à la sécurité de tous.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche