Coronavirus : quels salariés vulnérables peuvent bénéficier de l'activité partielle ?

Par Charlene S. · Publié le 6 mai 2020 à 15h00 · Mis à jour le 6 mai 2020 à 15h05
Dans un décret paru au Journal Officiel, le gouvernement a précisé les 11 pathologies définissant les salariés vulnérables. Ces salariés pourront faire valoir leur droit à l'activité partielle afin d'éviter d'être infecté gravement par le coronavirus.

Diabète, insuffisance rénale, pathologies respiratoires... Les maladies pouvant aggraver l'infection de coronavirus sont nombreuses confirmant que nous ne sommes pas tous égaux face à l'épidémie. Les personnes atteintes par certaines pathologies se montrent donc plus vulnérables. Le gouvernement, qui a annoncé le début du déconfinement pour le 11 mai prochain, a ainsi souhaité apporté des précisions sur ces salariés pouvant être fragiles. Bien que les entreprises sont fortement encouragé à continuer le télétravail, certaines pourraient reprendre leur activité appelant leurs salariés à retourner sur le lieu de leur travail.

Dans le Journal Officiel, le gouvernement a ainsi fait paraître un décret exposant 11 pathologies qui peuvent conduire à développer une forme grave de Covid-19 et permet aux salariés concernés de faire valoir leur droit à l'activité partielle. Sur tous les critères qu'évoque cette liste médicale, il suffit de correspondre à l'un d'entre eux pour avoir le droit à l'activité partielle. Ces salariés pouvant être dispensés d'un retour au travail pourront donc bénéficier de l'indemnisation du chômage partiel. Voici ces 11 pathologies, que vous pouvez retrouver de façon détaillée sur le site legifrance.gouv.fr

  1. Etre âgé de 65 ans et plus
  2. Avoir des antécédents cardiovasculaires : hypertension artérielle compliquée, accident vasculaire cérébral ou de coronaropathie, de chirurgie cardiaque, insuffisance cardiaque stade NYHA III ou IV
  3. Avoir un diabète non équilibré ou présentant des complications
  4. Présenter une pathologie chronique respiratoire susceptible de décompenser lors d'une infection virale : (broncho pneumopathie obstructive, asthme sévère, fibrose pulmonaire, syndrome d'apnées du sommeil, mucoviscidose notamment)
  5. Présenter une insuffisance rénale chronique dialysée
  6. Etre atteint de cancer évolutif sous traitement (hors hormonothérapie) 
  7. Présenter une obésité (indice de masse corporelle (IMC) > 30 kgm2) 
  8. Etre atteint d'une immunodépression congénitale ou acquise 
  9. Etre atteint de cirrhose au stade B
  10. Présenter un syndrome drépanocytaire majeur ou ayant un antécédent de splénectomie
  11. Etre au troisième trimestre de la grossesse.

Ces critères ont été définis par rapport aux avis relatifs à la prise en charge des personnes à risque face au coronavirus par le Haut Conseil de la santé publique. Par ailleurs, ce décret est déjà en application depuis le 1er mai 2020.


Ce sujet vous tient à cœur ? Contribuez à le faire connaître. Don sécurisé
Montant sélectionné :
Bravo ! Ce sujet sera vu par davantage de monde.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche