Coronavirus : pas de couvre-feu annoncé, de nouvelles restrictions à Paris

Par Rizhlaine F., My B., Cécile D. · Photos par My B. · Publié le 5 novembre 2020 à 20h43 · Mis à jour le 6 novembre 2020 à 09h52
Alors que l'épidémie de Coronavirus progresse de manière exponentielle en France, à Paris, Anne Hidalgo a annoncé de nouvelles mesures dans la capitale dans la journée du 5 novembre 2020. Lors de son point sur l'épidémie Olivier Véran n'aura finalement pas abordé la question d'un éventuel couvre-feu. Il appelle néanmoins à respecter les gestes barrières et le confinement.

Mis en place pendant deux semaines, puis remplacé par le confinement, va-t-il finalement faire son grand retour à Paris et en Île-de-France ? Ce mardi 3 octobre 2020, Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement avait annoncé l'instauration du couvre-feu dans la capitale en plus du confinement en précisant que la mesure serait peut-être étendue à l'ensemble de la région francilienne dans les jours suivant. 

« On va réinstaurer un couvre-feu à Paris et peut-être en Île-de-France à 21h. C'est le ministre de l'Intérieur qui le dira dans la journée », a-t-il expliqué au micro de BFMTV. « On met en place des mesures difficiles pour tous, et si beaucoup les respectent c’est insupportable pour certains Français de voir que d’autres ne respectent pas les règles. »

La raison de ce couvre-feu ? Des attroupements dans les rues de la capitale malgré le couvre feu lors du week-end du 31 octobre et 1er novembre :

 « Il y a eu 100 000 contrôles ce week-end, 14 000 verbalisations. Un certain nombre de verbalisations portent sur des personnes qui se déplaçaient alors qu’elles n’avaient pas à le faire, d’autres pour des lieux qui ont accueilli des personnes et ne devaient pas le faire. J’ai l’exemple d’un bar à Evry-Courcouronnes qui a accueilli des clients pour une soirée », s'indigne-t-il.

Quelques minutes après cette intervention, le gouvernement dément ces propos. Bien que cette restriction supplémentaire était bien à l'étude, la décision n'était pas encore prise. La conférence de presse d'Olivier Véran de ce jeudi 5 novembre n'aura pas été marquée par l'annonce d'un couvre-feu. Cepdendant dans la même journée, Anne Hidalgo et le Préfet de Paris auront cependant pris la décision de fermer certains commerces dès 22h à Paris et en petite couronne et d'interdire la vente d'alcool après cette heure. 

De son côté Olivier Véran a fait le point sur la seconde vague et incite l'ensemble des français à respecter les recommandations sanitaires ainsi que le confinement afin de pouvoir ensemble surmonter cette nouvelle étape dans la lutte contre le coronavirus. Il appelle chacun à ses responsabilités en rappelant l'objectif de freiner l'épidémie vite et fort. Il décrit une situation grave avec une seconde vague bien plus forte et rappelle qu'augmenter les capacités en réanimation ne suffit pas car les effets secondaires de la covid 19 sont importants.

Visuel Paris vide confinementVisuel Paris vide confinementVisuel Paris vide confinementVisuel Paris vide confinement Confinement : en France, 30% des verbalisations ont lieu à Paris et en Île-de-France
À Paris, le ton se durcit. Aux premiers jours du confinement, les autorités faisaient peuvent d'une certaine forme de tolérance et de pédagogie notamment sur les retours de vacances. Désormais, les contrôles des attestations se multiplient afin que ce reconfinement " plus souple" ne rime pas avec relâchement.

Coronavirus : en Île-de-France, 40% des lits de réanimations occupés par des patients CovidCoronavirus : en Île-de-France, 40% des lits de réanimations occupés par des patients CovidCoronavirus : en Île-de-France, 40% des lits de réanimations occupés par des patients CovidCoronavirus : en Île-de-France, 40% des lits de réanimations occupés par des patients Covid Coronavirus Paris - Île-de-France : le taux d'occupation en réanimation passe sous la barre des 70%
La Covid-19 poursuit sa progression en Île-de-France. Ce mardi 1er décembre 2020, 67,3 % des lits en réanimation des hôpitaux de Paris et d'Ile de France sont occupés par des patients contaminés par le coronavirus.

Visuel Paris, Place de la RépubliqueVisuel Paris, Place de la RépubliqueVisuel Paris, Place de la RépubliqueVisuel Paris, Place de la République Coronavirus en France : " Nos efforts commencent à porter leurs fruits" indique Jérôme Salomon
La France reprend-elle le dessus sur l'épidémie de coronavirus ? Jérôme Salomon, directeur général de la Santé, l'affirme lors de son point de ce mardi 17 novembre 2020 : " Nos efforts commencent à porter leurs fruits"

Coronavirus à Paris : vers un tri des patients dans les hôpitaux ? Un médecin sonne l'alerte Coronavirus à Paris : vers un tri des patients dans les hôpitaux ? Un médecin sonne l'alerte Coronavirus à Paris : vers un tri des patients dans les hôpitaux ? Un médecin sonne l'alerte Coronavirus à Paris : vers un tri des patients dans les hôpitaux ? Un médecin sonne l'alerte Coronavirus à Paris : vers un tri des patients dans les hôpitaux ? Un médecin sonne l'alerte
Tandis que l'épidémie de coronavirus se poursuit dans le monde et que la France connait une deuxième vague, le médecin Rémi Salomon a sonné l'alerte sur le plateau de quotidien. Malgré le reconfinement, il s'inquiète d'une saturation imminente des services hospitaliers qui contraindra alors le corps médical à choisir les patients qui seront pris en charge aux dépends d'autres "qu'on va laisser mourir".

Ailleurs en France, le gouvernement laisse aux préfets le choix de réinstaller un couvre-feu ou non, en fonction de la situation à laquelle ils sont confrontés.

L'épidémie de Coronavirus connaît un regain en France et cette seconde vague, comme la première, touche particulièrement l'Île-de-France et notamment Paris, là où la densité de population est importante. Alors que la Covid-19 progresse de manière exponentielle, la capitale ainsi que la petite couronne ont été placées en couvre feu de 21h à 6h il y a deux semaines. Les regards se sont donc notamment tournés vers la capitale pour savoir si cette mesure avait permis d'enrayer l'évolution de la pandémie. 

"Si pendant 6 semaines nous tenons ce couvre-feu, nous pensons que nous pourrons progressivement rouvrir les établissements fermés. 6 semaines, c’est le temps qui nous paraît utile. L’objectif est de pouvoir continuer à avoir une vie économique, que nos concitoyens puissent continuer à avoir une vie normale, travailler, tout en réduisant les aspérités." avait alors déclaré le chef de l'Etat. Or, deux semaine après, on assiste à une véritable explosion du nombre de nouveaux cas et des hôpitaux remplis à 70% de patients Covid à Paris en Ile-de-France

Au vu de la croissance exponentielle de l'épidémie, le président Emmanuel Macron a réunit en urgence un Conseil de Défense ces mardi et mercredi. Trois scénarios semblaient alors envisagés : un reconfinement national, des reconfinements locaux et des reconfinements adaptés, avec durcissement du couvre-feu et confinement le week-end.

C'est finalement un confinement national sur l'ensemble du territoire qui a été choisi par l'exécutif pour tenter d'endiguer l'épidémie qui sévit de façon brutale.

Un nouveau confinement généralisé pour une période d'au moins quatre semaines reconductible : c'est le scénario que tout le monde redoutait et voulait éviter. La seule solution viable pour maîtriser efficacement cette nouvelle vague épidémique, confie un conseiller de l'exécutif. "Un durcissement du couvre-feu n'aurait pas permis un freinage suffisant du virus, dans un contexte de saturation totale des hôpitaux dès la mi-novembre", déclare-t-il.

Mais dans ce cas, pourquoi pas un confinement localisé aux villes et départements les plus touchés ? Un confinement localisé aurait été "une incohérence épidémiologique car tout le territoire est touché de façon plutôt homogène", apprend-on. 

Le confinement apparaît pour le gouvernement, la seule option viable pour :

  • Protéger les plus âgés les plus sévèrement touchés
  • Protéger les plus jeunes qui sont aussi touchés à 30% dans les hôpitaux
  • Protéger les soignants à bout de souffle
  • Protéger les plus modestes
  • Protéger l'économie
Le Président l'a dit, tout cela n'empêchera pas l'engorgement des hôpitaux qui arriveront à saturation en novembre. Mais peut-être auront-nous une chance de fêter Noël ?

Visuel Paris Palais de l'ElyséeVisuel Paris Palais de l'ElyséeVisuel Paris Palais de l'ElyséeVisuel Paris Palais de l'Elysée Reconfinement national : Les annonces de restrictions d'Emmanuel Macron
Emmanuel Macron a pris la parole ce mercredi à 20h pour annoncer les nouvelles mesures restrictives, à la suite du second Conseil de Défense prévu le matin même. Le chef de l'État a confirmé la mise en place d'un reconfinement à partir de vendredi 30 octobre 2020, à l'exception des écoles, des Ehpad et des maisons de retraite qui resteront ouvertes. Le travail devra continuer.

Le plan de reconfinement de Jean Castex en cas de seconde vague du CoronavirusLe plan de reconfinement de Jean Castex en cas de seconde vague du CoronavirusLe plan de reconfinement de Jean Castex en cas de seconde vague du CoronavirusLe plan de reconfinement de Jean Castex en cas de seconde vague du Coronavirus Reconfinement national d'urgence : le plan du gouvernement face à la seconde vague de l'épidémie
Avant que la seconde vague de l'épidémie de Covid-19 s'abatte sur la France et le reste du monde, Jean Castex, alors chargé du déconfinement au gouvernement, avait proposé un plan de reconfinement. Et la prudence est de mise : celui qui est depuis devenu premier ministre avait alerté qu'un "reconfinement en urgence doit être anticipé". Aujourd'hui, ce scénario semble inévitable. En quoi consiste la stratégie de nos gouvernants ?

Coronavirus : les écoles et universités représentent un tiers des foyers de contamination Coronavirus : les écoles et universités représentent un tiers des foyers de contamination Coronavirus : les écoles et universités représentent un tiers des foyers de contamination Coronavirus : les écoles et universités représentent un tiers des foyers de contamination Coronavirus et reconfinement national : les crèches et les écoles resteront ouvertes
Face à la hausse inquiétante du nombre de nouveaux cas de Covid-19 dans le pays, Emmanuel Macron a annoncé un reconfinement national lors de sa nouvelle allocution télévisée ce mercredi 28 octobre. Ce nouveau confinement entrera en vigueur dans la nuit de jeudi à vendredi. Toutefois, les crèches, les écoles maternelles et primaires ainsi que les collèges et lycées resteront ouverts. On vous en dit plus.

Visuel Paris Arc de Triomphe Champs Elysées nuitVisuel Paris Arc de Triomphe Champs Elysées nuitVisuel Paris Arc de Triomphe Champs Elysées nuitVisuel Paris Arc de Triomphe Champs Elysées nuit Reconfinement : les commerces et secteurs essentiels qui restent ouverts
Tandis que la France fait face à une seconde vague d'épidémie de coronavirus, l'annonce d'un reconfinement imminent était attendue ce mercredi soir lors de l'allocution du président Emmanuel Macron. Et l'annonce a bel et bien été fait par le Président de la République puisque ce reconfinement entre en vigueur dans la nuit du jeudi 29 au vendredi 30 octobre 2020. Quels sont les commerces et secteurs autorisés à poursuivre leur activité dans le cas d'un second confinement ? On fait le point.

Coronavirus à Paris : l'inquiétude des restaurants et des hôtelsCoronavirus à Paris : l'inquiétude des restaurants et des hôtelsCoronavirus à Paris : l'inquiétude des restaurants et des hôtelsCoronavirus à Paris : l'inquiétude des restaurants et des hôtels Coronavirus : musées, restaurants, cinémas, salles de spectacle : ce qui ferme au confinement
Emmanuel Macron a décrété un deuxième confinement de la population française, à partir du 30 octobre 2020 et jusqu'au 1er décembre minimum. De nombreux lieux ferment leurs portes au public, découvrez lesquels.

Visuel Paris métroVisuel Paris métroVisuel Paris métroVisuel Paris métro Coronavirus : les nouvelles attestations à imprimer pour les déplacements 20km et shopping
La France est à nouveau confinée dès ce vendredi 30 octobre pour contrer l'épidémie de coronavirus. Et qui dit confinement dit retour des attestations de déplacement dérogatoire : pour ce reconfinement, 3 attestations sont mises en place afin de vous permettre de justifier vos sorties. Ces documents sont à imprimer, à copier sur papier libre ou à remplir sur smartphone, notamment via l'application TousAntiCovid.

Visuel Paris, vue Courtyard Paris Gare de LyonVisuel Paris, vue Courtyard Paris Gare de LyonVisuel Paris, vue Courtyard Paris Gare de LyonVisuel Paris, vue Courtyard Paris Gare de Lyon Confinement : les déplacements entre les régions autorisés dès le 15 décembre
Après près d'un mois de reconfinement, Emmanuel Macron a dévoilé ce mardi 24 novembre 2020 la date à laquelle le confinement devrait être levé : le 15 décembre 2020. Dès lors, les déplacements inter-régionaux devraient être à nouveau autorisés.

Visuel Paris Tour EiffelVisuel Paris Tour EiffelVisuel Paris Tour EiffelVisuel Paris Tour Eiffel Confinement à Paris et en Île-de-France : ce qui reste autorisé
Le verdict est tombé : Emmanuel Macron a annoncé un nouveau confinement face à la seconde vague d'épidémie de coronavirus. À Paris et en Île-de-France, nombreux sont ceux qui anticipaient déjà un nouveau reconfinement au moins à échelle locale. Alors qu'est-ce qui reste autorisé ? On fait le point.

Coronavirus : Paris en zone d'alerte maximale, fermeture des bars et des restaurantsCoronavirus : Paris en zone d'alerte maximale, fermeture des bars et des restaurantsCoronavirus : Paris en zone d'alerte maximale, fermeture des bars et des restaurantsCoronavirus : Paris en zone d'alerte maximale, fermeture des bars et des restaurants Covid : restaurants et bars "ne rouvriront pas autour du 1er décembre" affirme Jean Castex
Lors d'une nouvelle conférence de presse, le Premier ministre Jean Castex a laissé entendre que les bars et restaurants, fermés depuis le reconfinement, devront faire preuve de patience. Si, de son côté, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal avait indiqué, le 17 novembre, que l'exécutif leur donnera « des perspectives au début du mois de décembre », Jean Castex vient d'annoncer : "Nous ne rouvrirons pas autour du 1er décembre les restaurants et les bars "

Coronavirus : "pas de fermeture généralisée" des universités annonce Frédérique Vidal Coronavirus : "pas de fermeture généralisée" des universités annonce Frédérique Vidal Coronavirus : "pas de fermeture généralisée" des universités annonce Frédérique Vidal Coronavirus : "pas de fermeture généralisée" des universités annonce Frédérique Vidal Covid : une réouverture possible des universités après le 20 janvier
L'allègement du confinement n'opère pas de suite pour les universités. Ces dernières ne peuvent espérer rouvrir leurs portes qu'après le 20 janvier, si l'épidémie reste maîtrisée. En attendant, les étudiants continuent les cours en ligne.

La France demande l'ouverture des frontières de l'espace Schengen au 1er juilletLa France demande l'ouverture des frontières de l'espace Schengen au 1er juilletLa France demande l'ouverture des frontières de l'espace Schengen au 1er juilletLa France demande l'ouverture des frontières de l'espace Schengen au 1er juillet Reconfinement : les frontières intérieures à l'espace Schengen resteront ouvertes
Lors de sa nouvelle allocution, Emmanuel Macron a annoncé un reconfinement national qui entrera en vigueur dans la nuit de jeudi à vendredi. Le président de la République a également annoncé que les frontières intérieures à l'espace Schengen resteront ouvertes. En revanche, les frontières extérieures seront fermées, "sauf exceptions".

Visuel Paris rue parisVisuel Paris rue parisVisuel Paris rue parisVisuel Paris rue paris Covid-19 - confinement : les mesures économiques et sociales prolongées par le gouvernement Castex
Lors de son allocution télévisée du mercredi 28 octobre 2020, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place de mesures de soutien pour l'économie, lourdement impactée par l'épidémie de Covid-19. Le Premier ministre et son gouvernement ont confirmé la prolongation jusqu'au 1er décembre 2020 des dispositifs d'aides comme le chômage partiel, l'accès au fonds de solidarité, ou encore la mise en place d'une consultation sur le port du masque dans des secteurs particulièrement touchés, comme les salles de sport ou l'industrie.

Coronavirus : Noël « se fera dans tous les cas de figure », assure Olivier VéranCoronavirus : Noël « se fera dans tous les cas de figure », assure Olivier VéranCoronavirus : Noël « se fera dans tous les cas de figure », assure Olivier VéranCoronavirus : Noël « se fera dans tous les cas de figure », assure Olivier Véran Coronavirus : Noël « se fera dans tous les cas de figure », assure Olivier Véran
Face à la propagation de l'épidémie de Coronavirus dans le pays, certains Français pensent déjà aux fêtes de fin d’année et craignent de ne pas pouvoir se retrouver en famille. Lors de sa dernière allocution, le président de la République Emmanuel Macron a gardé "l'espoir de célébrer Noël et les fêtes de fin d'année en famille", alors même que le reconfinement est entré en vigueur le 29 octobre 2020 à minuit. De son côté, le ministre de la santé Olivier Véran a prévenu que Noël « ne sera pas une fête normale », assurant toutefois que cette célébration « se fera dans tous les cas de figure ».

Informations pratiques

Lieu

1er Arrondissement
75001 Paris 1

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche