"Le livre est un symbole de la démocratie" : l'interview de Marc Levy sur 34LIVE Champs-Elysées

Par Caroline J. · Publié le 23 novembre 2020 à 17h46 · Mis à jour le 23 novembre 2020 à 17h46
Marc Levy, l’auteur français le plus vendu au monde, était l’invité exceptionnel de l’émission 34LIVE Champs-Élysées le 19 novembre dernier. L’écrivain est notamment revenu sur la décision du gouvernement de fermer les librairies dans un pays des lettres où le « livre est un symbole de la démocratie ».

« C’est arrivé la nuit » : voilà le titre du dernier roman écrit par Marc Levy et publié le 29 septembre dernier aux éditions Robert Laffont. Avec déjà plus de vingt ouvrages à son compteur, l’auteur français le plus vendu au monde continue de faire voyager ses très nombreux lecteurs. Les voyages ont d’ailleurs jalonné sa vie. Depuis 2008, il réside à New York, outre atlantique. C’est depuis la grosse pomme que l’auteur s’est exprimé dans l’émission 34LIVE Champs-Élysées.

Invité exceptionnel pour la chronique « Quand la distanciation nous rapproche », en partenariat avec l’UFE (l'Union des Français de l'étranger), Marc Levy est revenu sur la fermeture des librairies en France, en raison du nouveau confinement. Jugées comme « non essentielles » par le gouvernement, les librairies ont le rideau baissé depuis le 29 octobre dernier. 

« Personne ne remet en cause la nécessité de prendre des mesures sanitaires au moment où le pays est frappé par une grave pandémie. Personne ne remet en cause ça, ni les auteurs, ni les éditeurs, ni les libraires » explique Marc Levy, avant de poursuivre « après, il y a des choses difficiles à comprendre. Par exemple, j’ai du mal à comprendre que les bureaux de tabac et les ventes d’alcool soient considérés comme des biens de nécessité et restent ouverts. En revanche, on ferme les librairies au moment où on annonce comme volonté politique de vouloir lutter contre l’obscurantisme » clame l’auteur français.

Déclarant que le livre est « un symbole de la démocratie », Marc Levy est aussi revenu sur la décision du gouvernement de fermer les rayons dits « non essentiels » dans les grandes surfaces et supermarchés. « On peut continuer à aller acheter un cordon USB, mais sur les étals de livres, il est indiqué que, sur décision gouvernementale, la vente de livres est interdite… Évidemment, on se dit que ce n’est pas normal ».

On rappelle que Marc Levy mais aussi Joann Sfar, Delphine de Vigan, Alexandre Jardin, Erik Orsenna et beaucoup d’autres auteur(e)s font partie des signataires d’une pétition. Toutes et tous réclament la réouverture des librairies « parce que la lecture est une fenêtre qui s’ouvre sur le monde dans nos vies confinées ». 

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Marc Levy (@marclevy)

 


Durement impactées par la crise du Coronavirus, les librairies devraient être autorisées à rouvrir à compter du 28 novembre, au même titre que les autres petits commerces, à l'instar des coiffeurs, des fleuristes ou encore des magasins de jouets.

(Re)découvrez l'intégralité de l'interview de Marc Levy pour 34LIVE Champs-Élysées :

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche