Coronavirus, réquisition des usines, déconfinement : le témoignage d'une créatrice à Paris

Par Rizhlaine F. · Photos par Rizhlaine F. · Publié le 1 mai 2020 à 13h49 · Mis à jour le 1 mai 2020 à 15h42
TEMOIGNAGE - À l'heure où le plan du déconfinement a été voté, les commerces se préparent à leur réouverture qui devrait être autorisée à partir du 11 mai 2020. Katia Da Veiga, créatrice de la marque Indira de Paris raconte son expérience et comment elle se prépare à la réouverture de sa boutique parisienne.
À l'heure où le déconfinement se précise, les commerces ayant été contraints de fermer se préparent à la reprise de leur activité. Katia Da Veiga, fondatrice de la marque Indira de Paris spécialisée dans les accessoires de tête et les bijoux célébrait la première année de l'ouverture de sa boutique parisienne en fin janvier 2020. Quelques semaines plus tard, elle a du baisser le rideau de fer suite à l'annonce de la fermeture des commerces non-essentiels qui a précédé le confinement en raison de l'épidémie de coronavirus.

Dans son témoignage, elle nous raconte comment elle a vécu cette période inédite : des difficultés rencontrées en passant par le soutien de sa communauté jusqu'aux solutions envisagées pour une reprise dans de bonnes conditions et sans oublier la question de l'après 11 mai. Voici son expérience : 
Nous avons une boutique rue Beaubourg dans le 3ème arrondissement et un e-shop. La fermeture de la boutique pendant le confinement a été comme pour beaucoup de commerçants un coup dur, mais grâce au soutien de notre communauté en ligne qui a continué a passé des "commandes solidaires" ( avec livraison après le confinement), on a pu éviter le pire. 
 
Maintenant, il faut préparer l'après et c'est peut-être le plus compliqué. L'usine principale avec laquelle on travaille qui se trouve en région Grand-Est est actuellement réquisitionnée pour fabriquer des masques. On n'a aucune idée de la date à laquelle on va pouvoir produire notre nouvelle collection et nos stocks, malgré le volume de vente réduit, finissent par s'épuiser.
 
A défaut de pouvoir planifier la logistique, on se concentre donc sur les aspects créatifs car on a plus de temps pour faire du modélisme, tester de nouveaux modèles, de nouvelles matières ainsi que rechercher les motifs et les couleurs des prochaines collections. ça c'est un peu l'aspect positif : pouvoir créer tranquillement avec moins de contrainte de temps et sans la pression habituelle qu'on retrouve dans le monde de la mode.
 
On réfléchi aussi à la meilleure manière d'accueillir les clientes et protéger nos salariées à partir du 11 mai. On va devoir s'adapter aux nouvelles contraintes en mettant en place un nouveau fonctionnement, comme par exemple ne pas avoir plus de 3 clientes en même temps dans l'espace de vente,  proposer du gel hydroalcoolique dès l'entrée dans la boutique, des charlottes pour les essayages de turbans etc....
 
Mais pour nous le déconfinement ne rime pas forcément avec la fin des ennuis car avec les bars et restaurants qui resteront fermés, on s'interroge sur la fréquentation qu'on aura. Et tant que les usines de confections seront réquisitionnées, un compte à rebours assez angoissant continuera à défiler.
Visuel Paris Tour EiffelVisuel Paris Tour EiffelVisuel Paris Tour EiffelVisuel Paris Tour Eiffel Appel à témoins : racontez nous votre expérience
APPEL À TEMOINS - Vous souhaitez vous exprimer au sujet de la crise coronavirus ? Nous recevons vos témoignages. Comment vivez-vous le confinement ? Comment envisagez-vous la reprise ? Racontez-nous votre expérience.
Ce sujet vous tient à cœur ? Contribuez à le faire connaître. Don sécurisé
Montant sélectionné :
Bravo ! Ce sujet sera vu par davantage de monde.

Informations pratiques

Site officiel
indiradeparis.com

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche