Covid : 74% des salariés souhaitent abandonner le port du masque en entreprise

Par Cécile D., Caroline J. · Mis à jour le 5 octobre 2021 à 09h15 · Publié le 4 octobre 2021 à 18h32
Alors que l’obligation du port du masque pourra être levée pour le public dans les lieux soumis au pass sanitaire, le ministère du Travail rappelle que les salariés de ces établissements ne seront pas concernés par cet assouplissement. « Le port du masque reste la règle en entreprise » insiste le ministère. Une source de mécontentement pour les salariés, qui sont 74% à se déclarer favorables à la fin du port du masque en entreprise, selon un sondage Ipsos-Sopra Steria publié ce 4 octobre 2021.

Alors que le pass sanitaire est entré en vigueur ce mercredi 21 juillet 2021 dans un certain nombre de lieux pouvant accueillir au moins 50 personnes, un décret paru au Journal Officiel ce 20 juillet précise que l’obligation du port du masque pourra être levée pour le public dans ces établissements soumis au pass sanitaire.

Port du masque en entreprise : des dérogations possibles dans certains secteursPort du masque en entreprise : des dérogations possibles dans certains secteursPort du masque en entreprise : des dérogations possibles dans certains secteursPort du masque en entreprise : des dérogations possibles dans certains secteurs Covid : fin du port du masque obligatoire dans les lieux soumis au pass sanitaire
Selon un nouveau décret publié au Journal Officiel ce 20 juillet 2021, l’obligation du port du masque pourra être levée dans les établissements et lieux accessibles via le pass sanitaire. Toutefois, le préfet du département, l'exploitant de la salle ou l'organisateur de l’évènement pourra décider d’imposer le port du masque s’il le souhaite. [Lire la suite]

Une information confirmée mardi 20 juillet par le ministre de la Santé Olivier Véran. « Là où il y a le pass sanitaire et où on est sûr que toutes les personnes sont vaccinées complètement ou ont un test PCR très récent et négatif », il sera possible de retirer son masque a-t-il déclaré sur RTL. Avec le pass sanitaire, « vous n'aurez plus la nécessité ou l'obligation de porter le masque », a-t-il ajouté.

Mais attention, seuls les clients de ces établissements soumis au pass sanitaire sont concernés par cet assouplissement. Les salariés travaillant dans ces lieux devront donc continuer à porter un masque. Comme l'a rappelé le ministère du Travail à l’AFP, « le port du masque reste la règle en entreprise. Le pass étant obligatoire à partir du 30 août pour les salariés, il n'est pas envisagé pour le moment de le supprimer pour ces salariés ».

Début juillet, sur France Inter, Elisabeth Borne avait déjà indiqué que le port du masque resterait obligatoire en entreprises : « Jusqu'à présent, on n'a pas de perspective de supprimer le masque en entreprise. On évaluera en fonction de la situation sanitaire et de la vaccination », avait-elle annoncé le 1er juillet. Le port du masque reste donc bien obligatoire dans les lieux collectifs clos, comme les open spaces. Le respect de la distanciation sociale d'au moins un mètre avec ses collègues est également toujours impératif.

Des restrictions qui commencent à peser lourd sur le quotidien des salariés. Selon un sondage Ipsos-Sopra Steria réalisé pour le journal Le Parisien, et publié ce lundi 4 octobre, 74% des salariés sont favorables à la fin du port du masque en entreprise. Ce chiffre monte même jusqu'à 80% chez les cadres, et 79% chez les ouvriers. 

Les personnes interrogées ne craignent plus suffisamment le virus pour continuer à supporter le masque toute la journée. Pour 83% des sondés, les employeurs ont mis en place assez de mesures pour que les salariés soient protégés contre le virus.

Pour abandonner enfin le masque, 67% des personnes se disent même prêtes à généraliser l'utilisation du pass sanitaire à toutes les entreprises. 

« On est dans la logique de ce qu’avait déclaré Emmanuel Macron en juillet dernier : ce n’est pas aux vaccinés de supporter les contraintes créées par ceux qui s’y opposent. La peur a considérablement reflué depuis le début de la pandémie, et plus elle baisse, plus la lassitude s’installe à l’égard d’un certain nombre de restrictions », commente Brice Teinturier, directeur général d'Ipsos France, dans les colonnes du Parisien.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche