Covid : Valérie Pécresse souhaite une réouverture des commerces pour le Black Friday

Par Alexandre G. · Publié le 16 novembre 2020 à 17h19 · Mis à jour le 16 novembre 2020 à 17h19
La présidente de la région Île-de-France s'est exprimée au sujet de la fermeture des commerces jugés "non essentiels", fermés depuis le retour des mesures de confinement en France. Elle appelle l'État à rouvrir les commerces "dès le 27 novembre", à l'occasion du Black Friday, dans le but de " sauver Noël".

Valérie Pécresse rentre à son tour dans la bataille pour la réouverture des commerces. Tandis que le gouvernement a décrété la fermeture de tous les commerces "non essentiels" dans le but de freiner la propagation de la deuxième vague de l'épidémie du Covid-19, la présidente de la région Île-de-France lance un cri d'alerte. 

Invitée sur le plateau de BFMTV ce lundi 16 novembre 2020, Madame Pécresse appelle à la réouverture de ces commerces, malgré la période de confinement. Plus précisément, elle avance une date : le 27 novembre 2020. Soit la date exacte du Black Friday, le jour des soldes de la période précédant Noël dans le secteur du e-commerce - en particulier Amazon. "La première des souffrances et la première des injustices, c'est celle des petits commerces, qui n'ont pas pu ouvrir pendant cette période de confinement", avance-t-elle.

Aussi, la présidente de la région Île-de-France n'y est pas allée par quatre chemins pour exprimer le fond de sa pensée. "Je demande au gouvernement de ne pas ajouter une nouvelle injustice à celle de leur fermeture, c'est-à-dire d'ouvrir dès le 27 novembre" milite Valérie Pécresse. Précisément à la date du Black Friday. Si les commerces doivent fermer leurs portes, les plateformes de livraison du e-commerce, Amazon en tête, n'ont aucune restriction en la matière.

Avant toute autre chose, c'est bien le rôle de l'État dans cet arbitrage difficile que la proche de Nicolas Sarkozy pointe du doigt. "S'ils veulent travailler le dimanche (les commerçants), il faut les laisser faire. Il faut arrêter cet État bureaucratique qui veut tout contrôler" appuie-t-elle. Sans oublier de mentionner la mise en place d'un protocole sanitaire "renforcé" en cas de réouverture, qui s'appliquerait à autoriser "qu'une personne, selon la taille du magasin". Pour l'heure, hormis la date fatidique 1er décembre, à laquelle le gouvernement prévoit un nouveau bilan du confinement, aucune indication n'a été communiquée aux commerçants quant à une éventuelle réouverture

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche