Vaccination obligatoire des soignants : Véran et les représentants du secteur se prononcent "pour"

Par Cécile D., Caroline J. · Publié le 8 juillet 2021 à 11h44 · Mis à jour le 8 juillet 2021 à 11h44
La vaccination va-t-elle prochainement devenir obligatoire pour certaines professions ? Olivier Véran a admis sur BFMTV ce jeudi 17 juin que les soignants pourraient être forcés de se faire immuniser si le nombre de professionnels vaccinés n'augmente pas d'ici la fin de l'été. Une telle mesure est-elle envisageable ? On vous répond.

L’obligation vaccinale est au cœur de tous les débats en France, et encore plus lorsque l'on parle de vacciner les soignants. Après de multiples interventions dans les médias pour encourager le personnel médical à se faire vacciner, Olivier Véran a reçu plusieurs organisations professionnelles du secteur, mercredi 7 juillet 2021.

Selon les informations du HuffPost, le ministre de la Santé a reçu une quinzaine de représentants issus des ordres des professions de santé, « notamment médecins et infirmiers, fédérations d’établissements sanitaires et médico-sociaux -, dont la Croix Rouge, Unicancer, Fédération hospitalière de France, Fédération des cliniques et hôpitaux privés de France, Synerpa (Syndicat national des établissements et résidences privés et services d’aide à domicile pour personnes âgées) ». Ces professionnels se sont déclarés favorables à la vaccination obligatoire pour les soignants et soutiennent le « vote d’une loi dans les plus brefs délais si cela s’avère nécessaire ».

Les participants à cette réunion ont signé un texte commun, qui clarifie leur désir de voir voter une loi qui concernerait « un périmètre large incluant tous les acteurs et accompagnants intervenants dans des structures de santé, du soin et de l’accompagnement comprenant les établissements, services et domicile ». La vaccination contre le Covid-19 se ferait « dans le respect des indications et contre-indications éventuelles médicales », lit-on dans ce texte. La future loi pourrait également imposer des « conséquences individuelles réelles en cas de non-respect de l’obligation ».

Le gouvernement souhaite que 80% des soignants aient reçu au moins une dose de vaccin d'ici septembre 2021. Lundi 12 juillet, Emmanuel Macron présidera un Conseil de défense sanitaire exceptionnel. Au programme de cette réunion, la décision finale concernant l’obligation vaccinale pour les soignants.

Dialogue de sourds

Pour atteindre l'immunité collective en France, 90% des plus de 12 ans doivent avoir reçu au moins une dose de vaccin, soit environ 52 millions de Français. La barre des 30 millions de primo-vaccinés a été franchie début juin, il reste donc un peu plus de 20 millions de personnes à protéger.

Le problème, c'est que le rythme des vaccinations ralentit : entre les départs en vacances et les sceptiques qui refusent le vaccin, la France arrive dans un creux vaccinal.

Olivier Véran a donc exhorté une fois de plus les soignants en les encourageant à se faire vacciner. « Je fais un appel solennel aux soignants qui n’ont pas été vaccinés pour qu’ils franchissent ce cap […] Il y a 60 % des Français qui ont reçu une première injection, et il y a moins de 60 % des soignants qui travaillent en Ehpad [ayant reçu une injection]. J’appelle les employeurs et les salariés de ces Ehpad à se faire vacciner. D’ici la fin de l’été, si ça ne devait pas s’améliorer, nous nous poserions la question d’une obligation vaccinale pour ces publics particuliers », a-t-il annoncé. 

« 50 % et quelques [de professionnels vaccinés] en Ehpad, ce n'est pas suffisant. On ne prendra pas le risque à la rentrée d'exposer des personnes fragiles et âgées du fait que les soignants ne se font pas vacciner », ajoute le ministre. « Il est éthique de se faire vacciner quand on part travailler au contact de personnes fragiles », insiste-t-il. Malgré cet appel à la vaccination, le personnel et les soignants non-vaccinés en Ehpad demeureraient réticents.

Une pratique déjà discutée

Cette solution serait soutenue par l'Académie nationale de médecine, qui publiait, le mardi 25 mai dernier, un communiqué dans lequel elle préconise de rendre obligatoire la vaccination contre le Covid-19 pour certaines professions. Selon cet organe consultatif, rendre la vaccination obligatoire pour certaines catégories de la population française permettrait d’atteindre « une immunité collective suffisante pour contrôler l'épidémie ». 

« Bien qu’il soit prévu, à court terme, d’élargir la vaccination à tous les Français âgés de plus de 18 ans (dès le 31 mai, ndlr), il sera très difficile d’obtenir avant la fin de l’été un taux de couverture vaccinale qui assurerait une immunité collective suffisante pour contrôler l’épidémie, soit 90% de la population adulte ou 80% de la population totale (enfants inclus) » explique l’Académie nationale de médecine dans son communiqué.

L'organe consultatif estime que « le dynamisme de la campagne va se heurter à l’obstacle des hésitants et des opposés à la vaccination, l’importance de ces deux catégories récalcitrantes étant actuellement estimée à 15% pour chacune d’elles ».

Rappelant que l’obligation vaccinale a déjà été appliquée en France « pour la variole (1902-1984), la diphtérie (1938), le tétanos (1940), la tuberculose (1950-2007), la poliomyélite (1964) », l’Académie nationale de médecin explique que « l’obligation vaccinale doit maintenant être envisagée » dans le pays, jugeant cette épidémie de Covid-19 comme « redoutable, en particulier socialement » et estimant « que les mesures individuelles (gestes barrière) et collectives (couvre-feu, confinement) sont incapables de contrôler dans la durée ».

Rendre la vaccination contre le SARS-CoV-2 "exigible" pour certaines professions

Mais l’Académie nationale de médecine a bien conscience que la mise en place d’une telle obligation « ne pourra être instaurée que de façon progressive ». Dès lors, l’organe consultatif recommande de rendre la vaccination « exigible » pour certaines professions considérées comme « essentielles », à savoir les enseignants, métiers de la santé, la police et la fonction publique en général, les services d'approvisionnement en alimentation, eau, énergie, argent liquide et matériel informatique…

Autres professions visées ? Celles « comportant un contact avec le public », notamment dans les secteurs du commerce de détail, de la restauration, de l’hôtellerie, des établissements culturels et du sport, mais aussi « en préalable » les activités comportant des déplacements ou rassemblements, comme les voyages internationaux, les cures thermales ou les occupations associatives. Tous les donneurs de sang, de tissu ou d’organe sont eux aussi visés ainsi que les étudiants « avant la rentrée universitaire 2021 ».

La décision de rendre la vaccination possible pour les adolescents de plus de douze ans devrait aider à atteindre cette immunité collective. La vaccination des ados faisait partie des propositions émises par l'Académie en mai dernier, proposition qui avait alors été rejetée par l'exécutif.

Alors, une telle mesure peut-elle voir le jour en France ? La position du gouvernement semble évoluer progressivement sur cette question. Les prochains mois et l'évolution de la situation sanitaire devraient être décisifs.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche