Covid : vers une 3e dose de vaccin ? Plusieurs pays sautent le pas

Par Caroline J. · Mis à jour le 3 août 2021 à 16h06 · Publié le 3 août 2021 à 09h46
Face à la progression rapide du variant Delta, plusieurs pays ont décidé de prescrire une troisième dose de vaccin, à destination des populations les plus âgées et vulnérables. Alors, quels sont les pays qui ont acté pour un rappel vaccinal ? Quid de la France ? Décryptage.

Alors que le variant Delta aggrave la situation sanitaire de nombreux pays, les campagnes de vaccination se poursuivent. Certains États vont même jusqu’à mettre en place un rappel vaccinal pour contrer le variant indien. C’est notamment le cas d’Israël. Déjà en avance dans sa stratégie vaccinale, le pays a franchi un nouveau cap fin juillet en prescrivant une troisième dose de vaccin Pfizer/BioNTech pour les publics les plus âgés et les plus vulnérables, soit les plus de 60 ans. Avec 62% de sa population vaccinée, Israël a vu le nombre de nouveaux cas de covid-19 et de nouvelles hospitalisations augmenter ces dernières semaines.

Ce 2 août 2021, un autre pays a décidé de prescrire une troisième dose de vaccin à destination d'une partie de sa population. Il s’agit de l’Allemagne, premier pays européen à sauter le pas. Ce rappel vaccinal, en vigueur dès le 1er septembre 2021, visera là aussi les populations âgées et vulnérables, notamment dans les maisons de retraite. Par ailleurs, cette troisième dose de vaccin contre le covid-19 devra se faire six mois au minimum après la vaccination complète.

Un autre pays pourrait lui emboîter le pas, à savoir le Royaume-Uni. Selon le Daily Telegraph, le gouvernement britannique aurait pour projet de lancer une nouvelle campagne de vaccination à la fin de l’été, à destination de 32 millions de personnes vulnérables ou âgées de plus de 50 ans. Toujours d’après le quotidien, les autorités du pays envisageraient de prescrire un vaccin différent de celui injecté jusqu’ici à la population (AstraZeneca). Selon une récente étude, mélanger des vaccins à ARNm et à vecteur viral renforcerait en effet l'immunité.

Covid : inciter les jeunes à se faire vacciner, un véritable défi pour l'exécutifCovid : inciter les jeunes à se faire vacciner, un véritable défi pour l'exécutifCovid : inciter les jeunes à se faire vacciner, un véritable défi pour l'exécutifCovid : inciter les jeunes à se faire vacciner, un véritable défi pour l'exécutif Covid : mélanger vaccins à ARNm et à vecteur viral renforcerait l'immunité selon une étude
Faire deux doses de deux vaccins à technologie différente (ARNm et vecteur viral) augmenterait l'immunité contre le Covid selon une étude publiée le 26 juillet dernier dans la revue Nature. On fait le point ! [Lire la suite]

De son côté, la Suède envisagerait un rappel vaccinal contre le Covid-19 à destination d'« une grande partie de la population » en 2022. Mais les populations vulnérables pourraient être concernées dès cet automne. Toutefois, l’Agence de santé publique du pays a fait savoir que la décision finale n’était pas encore prise.

Et quid de la France ? Lors de son allocution du 12 juillet 2021, Emmanuel Maron a annoncé qu’une "campagne de rappel" serait mise en place "dès les premiers jours du mois de septembre" pour les primo-vaccinés.

Quelques jours plus tard, le 16 juillet, la Haute Autorité de Santé avait rendu son avis quant à une éventuelle dose de rappel. La HAS avait alors indiqué qu’il n’y avait pas lieu "pour le moment" de proposer une dose de rappel pour les primo-vaccinés en dehors des plus vulnérables et des plus âgés. "S’il paraît très probable qu’une injection de rappel procurera effectivement un effet boost (...), les données disponibles à ce jour ne permettent pas d’évaluer précisément l’impact ni la nécessité d’un tel rappel sur la prévention des échecs vaccinaux", expliquait la HAS dans son avis.

Même son de cloche pour le professeur Alain Fischer. Invité le 2 août sur RTL, le président du Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale a estimé que "pour l’instant, on n’en est pas là, sauf pour les personnes les plus fragiles".

Pour l’infectiologue Gilles Pialoux, chef de service des maladies infectieuses de l’hôpital Tenon de Paris, une troisième dose de vaccin est « inéluctable ». C'est ce qu'il a déclaré ce 3 août sur LCI.

Covid : pourquoi le gouvernement ne veut pas rendre la vaccination obligatoireCovid : pourquoi le gouvernement ne veut pas rendre la vaccination obligatoireCovid : pourquoi le gouvernement ne veut pas rendre la vaccination obligatoireCovid : pourquoi le gouvernement ne veut pas rendre la vaccination obligatoire Covid : une troisième dose de vaccin est ”inéluctable” pour l’infectiologue Gilles Pialoux
Alors que le gouvernement incite les Français à se faire vacciner, l'heure d'une troisième dose de rappel sonne déjà pour ceux qui ont été les premiers à recevoir leurs injections. Selon l'infectiologue Gilles Pialoux, cette troisième dose est ”inéluctable”. Rendez-vous dès la rentrée de septembre pour une piqûre de rappel. [Lire la suite]

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche