Emilie A, Représentation(s) à la Maroquinerie

L'exposition présentée à la Maroquinerie se décline en deux espaces complémentaires traitant chacun de la question de la représentation de soi et des représentations de l'Autre.

Le premier espace se compose d'une série de photographies « live » et de portraits pris entre 2010 et 2012. Les clichés imposants de groupes tels que TAAKE, OPETH, WATAIN, PARADISE LOST ou encore ELECTRIC WIZARD annoncent le ton de cette section qui se veut magistrale. Une série de portraits (Erik Danielsson, Mike Åkerfeldt, Niklas Kvarforth…) pris hors scène accompagne les photographies live et nous donne une vision « adoucie » de cet univers « extrême ».

Le deuxième espace de l'exposition se compose d'une série d'autoportraits de l'artiste ayant pour thématiques l'introspection élégiaque et la rêverie mélancolique.

Par le biais de ces deux espaces dédiés à la mise en scène de soi, et à la question de la représentation, la photographe nous invite à réfléchir sur les processus de création et de recréation auxquels l'artiste est inéluctablement confronté.

« Effigies d'un monde aboli », ces portraits sont tous marqués d'une manière plus ou moins évidente par la rêverie poétique, le bal des identités rêvées et réelles, et la pétrification du temps qu'implique la pratique photographique.


Dernière modification le 18 février 2013

Informations pratiques

Horaires
Du 9 mars 2013 au 31 mars 2013

×

    Lieu

    23, Rue Boyer
    75020 Paris 20

    Tarifs
    1 €

    Vous souhaitez communiquer sur Sortir À Paris ?
    ↪ Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises.
    Commentaires

    Soyez le premier à réagir !