Les trésors de la BNF en ligne, cette semaine du 3 au 9 mai: Bicentenaire de la mort de Napoléon 1er

Par Manon C. · Publié le 3 mai 2021 à 10h23 · Mis à jour le 3 mai 2021 à 10h24
La BNF nous invite à plonger dans les méandres de ses fonds numériques ! Cette semaine du 3 au 9 mai 2021 : le bicentenaire de la mort de Napoléon 1er.

Durant les trois confinements, la BNF nous a donné accès à la richesse de ses collections virtuelles : conférences en ligne, documents sonores, podcasts, livres numériques, expositions virtuelles, œuvres d’art issus des fonds de la Bibliothèque… Des millions de ressources sont accessibles gratuitement à distance. Et aujourd'hui, les découvertes continuent ! 

Chaque lundi, la BNF vous propose une sélection de "pépites" emblématiques, insolites ou méconnues tirées de ses fonds exceptionnels. Pour ce nouveau rendez-vous, partez sur les traces de Napoléon 1er à l'occasion du bicentenaire de sa mort en exil.

Réalisée par le graveur Auguste Gaspard Louis Denoyers en 1808 d'après le célèbre tableau  de François Gérard, cette estampe présente l’empereur en pied, devant son trône, vêtu de sa tenue de sacre : tunique de soie, long manteau de velours brodé d’abeilles et doublé d’hermine... Napoléon Ier y arbore les symboles de son nouveau règne (la couronne d’or en feuilles de laurier ainsi que le collier de la Légion d’honneur) et tient dans sa main droite le sceptre à l’aigle impérial. La main de justice et la couronne sont également représentées à ses côtés. Ce portrait officiel, comme l'ensemble des portraits commandés par Napoléon, vise à diffuser largement sa nouvelle image d'empereur après son sacre du 2 décembre 1804 à Notre-Dame. Si la pose en majesté témoigne de l'ambition de s'inscrire dans la tradition du souverain français, le réalisme du trait équilibre la dimension sacrée du personnage, et fait de ce portrait l'un des plus emblématiques de Napoléon empereur. Les portraits gravés de Denoyers à différents états (premier état, deuxième état, épreuve définitive) sont à retrouver dans Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF.

  • De Louis XVIII à Napoléon Ier, l’étonnant manuscrit NAF 2003

Le manuscrit NAF 2003 est un objet très particulier, conservé au Département des manuscrits à la BnF. Seule reliure en velours conservée par ce département (se rapprochant  beaucoup plus des reliures utilisées pour la ratification des grands traités internationaux dans les archives du Ministère des affaires étrangères), elle renferme étonnamment des documents relatifs à la fois à Louis XVIII et à Napoléon Ier, compilés vers 1840. Trois documents notamment sont de la main de l’empereur, datant de la période de l'exil à Sainte-Hélène. D'abord, une note provenant du manuscrit des Mémoires de Sainte-Hélène, qui dresse un portrait en demi-teinte du général Bernadotte, alors roi de Suède. Ensuite, une lettre au Comte de Las Cases écrite dans un anglais plus qu'approximatif. Enfin, le recueil contient un fragment du manuscrit des Mémoires qui raconte la catastrophique campagne de Russie, témoignage précieux d'un empereur confronté à ses défaites. Le mystérieux manuscrit NAF 2003 est intégralement consultable sur Gallica, qui lui consacre un billet de blog.

Premier titre de la Bibliothèque des illustres, nouvelle collection lancée par les éditions de  la BnF et les éditions Perrin, Napoléon, la certitude et l’ambition, propose de « décaper la légende de Napoléon pour en revenir aux points fondamentaux de la construction de sa personnalité, de son rapport au pouvoir et de ses relations avec ses contemporains », afin de faire émerger « une autre image de l'immortel empereur. » L’auteur, Charles Eloi Vial, conservateur au département des Manuscrits de la BnF et spécialiste de Napoléon, a aussi publié aux éditions Perrin une biographie de Marie-Louise d’Autriche, épouse de l’empereur, un livre sur Napoléon à Sainte-Hélène et Histoire des Cent-Jours.

  • Symphonie héroïque pour Napoléon

Aussi controversée soit-elle, la légende napoléonienne n’a pas manqué d'inspirer les musiciens. Beethoven, qui admirait la figure bonapartiste - "incarnation des idéaux de la Révolution française" - lui dédicaça la Symphonie n°3, avant de se renier lorsque le "petit corse" se fit sacrer empereur à Notre-Dame. On trouve également dans les collections de la BnF la partition d'une autre Symphonie héroïque, bien dédiée à Napoléon et composée par Aimé Maillart en 1840, année du retour des cendres de l’empereur de Sainte-Hélène et de son inhumation sous le dôme des Invalides. Découpée en 5 parties (Retour d'Egypte et consulat, fête donnée à la grande Armée, Bataille du Mont-Saint-Jean, mort de l'Empereur et apothéose), il s'agit d'une œuvre de jeunesse de Maillart qui passera plus tard à la postérité grâce à son opéra Les dragons de Villars joué sur les scènes du monde entier. Elle est accessible en intégralité sur Gallica, parmi plus de 55 000 partitions numérisées.

On vous prévient, si vous commencer à farfouiller dans les fonds de la BNF, vous allez y passer la journée ! 

Informations pratiques

Dates et Horaires
Du 3 mai 2021 au 9 mai 2021

×

    Lieu

    Quai François Mauriac
    75013 Paris 13

    Site officiel
    www.bnf.fr

    Commentaires
    Affinez votre recherche
    Affinez votre recherche
    Affinez votre recherche
    Affinez votre recherche