Baghdad Station : critique et bande-annonce

Les amateurs de cinéma irakien se rendent en salles pour découvrir Baghdad Station, long-métrage de Mohamed Jabarah Al-Daradji, dont la sortie est prévue le 20 février 2019. Un film qui se concentre sur un (possible) attentat-suicide à la gare centrale de Baghdad, en 2006, et sur Sara, qui se pose des questions sur son rapport à la religion.

Baghdad Station, long-métrage du réalisateur irakien Mohamed Jabarah Al-Daradji, plonge les spectateurs dans les méandres de la gare de Bagdad, en 2006. Un film prévu en salles le 20 février 2019, récompensé en 2018 au Festival des Cinémas Arabes, à l'Institut du Monde Arabe à Paris (sous le titre The Journey) et qui propose de raconter différentes tranches de vie au sein même de ce lieu de passage.

Des vies qui se croisent et qui tournent autour d'une jeune femme, Sara (interprétée par Zahraa Ghandour), kamikaze qui hésite à faire sauter sa ceinture d'explosif. Le long-métrage rassemble également Ameer Jabarah (In the Sands of Babylon), Bennet de Brabandere (Dream, pig., Salvation) ou encore Michel Kandinsky (Kill Brass, Hotel Congress).

Baghdad Station : critique et bande-annonceBaghdad Station : critique et bande-annonceBaghdad Station : critique et bande-annonceBaghdad Station : critique et bande-annonce

Synopsis : 

Bagdad, en 2006. Le jour de l'exécution de Saddam Hussein, Sara se rend à la gare centrale avec l'intention de commettre un attentat suicide. Un funeste projet compromis par sa rencontre avec Salam, un vendeur charmeur, baratineur et sûr de lui. Alors qu'il devient l'otage du plan confus de Sara, Salam tente par tous les moyens de faire chanceler sa résolution. Il en appelle à son humanité pour sauver sa peau bien sûr, mais aussi la vie des passants, inconscients du danger qui les guette.

Critique : 

Baghdad Station est un long-métrage à la structure intelligente, avec une intensité narrative forte et qui réussit le pari de la garder tout au long du film, sans jamais se relâcher une seule fois. On apprécie également, et tout particulièrement, la photographie, somptueuse, exprimant une cruauté de la vie criante de vérité. Côté comédien, le jeu est impeccable, profond, intense tout autant que complexe.

Un film qui propose de parcourir différentes tranches de vie, relatées de façon cohérentes, presque en suspens, comme si les histoires de ces personnages hauts en couleur s'arrêtaient en dehors de cette gare qui concentre tout, tel un recueil. La question du rapport à la religion est aussi abordée à travers l'hésitation de Sara et les rencontres qu'elle fait, et est plutôt bien exploitée, sans tomber dans le cliché ou dans le blasphème. Un jeu de funambule maîtrisé qui fait de ce film l'une des perles rares du cinéma moyen-oriental à aller voir en salles.

Bande-annonce :

Laurent P.
Dernière modification le 15 janvier 2019

Informations pratiques

Horaires
Du 20 février 2019 au 27 février 2019

×

    Plus d'information
    Sortie en salles le 20 février 2019.

    Commentaires
    Affinez votre recherche
    Affinez votre recherche
    Affinez votre recherche
    Affinez votre recherche